Les rendez-vous pour fluidifier l'accès à Port 2000


Lancé en mai sur le port du Havre, le système de rendez-vous obligatoire pour l’entrée et la sortie des conteneurs se met peu à peu en place avec les transporteurs routiers. L’enjeu : fluidifier les accès et les opérations sur les terminaux, où arrivent des navires de plus en plus grands.


© Éric Houri
© Éric Houri
« Une révolution qui participe au label de qualité du port», estime Christian de Tinguy, président du Groupement des employeurs de main d’œuvre (Gemo). "Un besoin réel », note Jean-Louis Le Yondre, président du Syndicat des transitaires et commissionnaires en douane du Havre (STH). "Un changement de méthode de travail pour tous", selon Christian Paschetta, président de l’Union maritime et portuaire (Umep), initiatrice du projet. "Une rupture avec l’improvisation qui prévalait", commente Jacky Lecanu, président de la Fédération nationale des transporteurs routiers Normandie (FNTR). Le consensus est général.
 
Une première européenne

Fini donc, les interminables files d’attente de camions des quelque 300 à 400 transporteurs routiers venant chaque jour chercher sur les terminaux de Port 2000 les conteneurs, pleins ou vides. Fluidifier les accès, réduire les temps d’attente, faciliter le passage des marchandises, tels ont été les objectifs visés par l’Umep en mettant en place avec la société havraise Soget le nouveau système de rendez-vous obligatoire. Et ce, quand la part du transport routier va, selon Jean-Louis Le Yondre, « s’approcher des 87 % de part modale ».
 Le principe : seuls ceux qui auront notifié la plage horaire à laquelle ils pourront opérer le chargement ou le déchargement des conteneurs auront accès aux terminaux, entre 6 et 19 heures. Les opérateurs, de leur côté, garantissent le traitement des rendez-vous dans un temps moyen inférieur à une heure, pour les rendez-vous accordés la veille avant 17 heures. La solution Soget TAS (Truck Appointment System) était utilisée depuis 2011 sur le Terminal de France, avec « un temps de prise en charge arrivé à une moyenne de 40 minutes pour les transporteurs qui avaient pris rendez-vous », assure Soget. La solution a été étendue à tous les terminaux havrais : « C'est la première fois en Europe qu'un tel système est mis en place à l'échelle d'une communauté portuaire. »
 
Gains de temps

Le système de rendez-vous transporteur, accessible sur les plateformes mobiles (smartphones, tablettes) permet aux opérateurs de gérer et partager avec les transporteurs un calendrier de rendez-vous, indiquer les horaires, capacités d'accueil pour chaque créneau horaire et y notifier toute modulation. Les transporteurs, de leur côté, visualisent les créneaux horaires disponibles et font une demande de rendez-vous pour livrer ou enlever un conteneur.
 Lancé en mars, puis suspendu, suite à des mouvements de mécontentement des routiers bloquant les accès aux terminaux, le système, complexe, a finalement été mis en place en mai. Les gains de temps obtenus sont bien là, à lire les indicateurs publiés en juillet par l’Umep et le Grand Port maritime du Havre : selon l’analyse des données chiffrées sur une période de référence de huit semaines dans la zone sécurisée de Port 2000, le gain de temps par semaine pour l’ensemble des chauffeurs a été de 2.571 heures, de 17 minutes par camion pour deux passage sur la zone et de 23 minutes par camion pour un passage.
 
Système global

Reste que le système demande encore, tout le monde le reconnaît, des améliorations, notamment en cas de pic ou de décalage d’escale. Il s’agit de « lisser l’offre et la demande pour les entrées et sorties des terminaux, reconnaît Christian de Tinguy. Il est indispensable de parvenir à une plus grande anticipation dans toute la chaîne logistique et de mieux planifier sans raisonner en juste à temps ». Nathalie Arnal, membre du bureau de l’Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE) Normandie et gérante d’une société de transport comptant onze conducteurs, est catégorique : « Il n’y a environ que cent rendez-vous possibles par heure sur un terminal, tout le monde doit donc jouer le jeu. » La révolution consiste en ce que les acteurs doivent désormais penser en termes d’appartenance à un système global et non plus en termes d’entreprise individuelle s’adaptant peu ou prou au système en place.

Natalie Castetz

Jeudi 2 Octobre 2014



Lu 263 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 3 Octobre 2014 - 15:37 Le port du Havre attend l’éolien offshore


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse