Les routiers polonais manifestent contre les salaires minimum allemands et français


Une centaine de transporteurs routiers polonais ont manifesté devant les ambassades de France et d'Allemagne à Varsovie contre l'application du salaires minimum de ces deux pays aux routiers étrangers.


30.000 sociétés de transport routier polonaises sont menacées © Renault Trucks
30.000 sociétés de transport routier polonaises sont menacées © Renault Trucks
Les routiers polonais ont manifesté mercredi 4 mars contre les salaires minimum allemands et français. "Protégeons les emplois dans nos sociétés !", ont écrit les manifestants sur leurs banderoles, ainsi que "MiLog pour les Allemands, jamais pour l'Europe" - une référence au sigle de la loi allemande (Mindestlohngesetz ou MiLoG) sur le salaire minimum en vigueur dans ce pays.
L'Allemagne a introduit au 1er janvier l'application de son salaire minimum aux routiers étrangers, essentiellement d'Europe de l'Est, mais, sous pression notamment du gouvernement polonais, Berlin a suspendu son application aux routiers en transit. Elle s'applique toutefois aux transports bilatéraux et au cabotage (transport à l'intérieur d'un pays membre par un transporteur européen établi dans un autre pays). En France, une loi similaire est actuellement étudiée par les parlementaires. Les transporteurs polonais en territoire allemand sont tenus de rémunérer leurs chauffeurs au minimum 8,50 euros de l'heure. La France propose un minimum horaire de 9,61 euros.
L'application de ces dispositifs "viole notre sentiment de souveraineté", ont écrit les manifestants dans une pétition adressée à la chancelière allemande, Angela Merkel, et au président français, François Hollande, remise aux ambassadeurs de ces pays à Varsovie. "Les routiers polonais sont leaders en Europe des transports longue distance, entre les pays de l'ancienne UE et la Russie", a expliqué le porte-parole de la fédération des routiers polonais OZPTD, Anna Wrona. "Les transporteurs occidentaux font sous-traiter aux routiers polonais les transports vers la Russie et le Kazakhstan, ces derniers connaissant mieux ces directions difficiles", a-t-elle ajouté.
Quelque 30.000 sociétés qui disposent au total de 170.000 véhicules sont menacées par les nouvelles dispositions, selon les données de la fédération.

AFP

Jeudi 5 Mars 2015



Lu 277 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse