Les syndicats de Kem One convoqués pour discuter licenciement


La direction du groupe chimique Kem One, placé en redressement judiciaire, a convoqué les syndicats le 27 août pour discuter des critères d'éventuels licenciements, alors que les noms et les projets de possibles repreneurs ne seront connus que deux semaines plus tard, a dénoncé vendredi 23 août la CGT.


© Kem One
© Kem One
Les syndicats de Kem One sont convoqués le 27 août pour discuter d'éventuels licenciements. Or, le 9 juillet, le tribunal de commerce de Lyon avait fixé au 9 septembre la date limite pour le dépôt des offres de reprise, prolongeant de deux mois le délai initial pour permettre aux huit repreneurs éventuels de "consolider" et de compléter leurs dossiers. Le tribunal avait également fixé au 26 septembre l'audience destinée à examiner les offres et choisir ou non un repreneur.
Selon la CGT de Kem One, en convoquant cette réunion sur les critères de licenciement, "alors qu'aucun projet de relance de Kem One et, a fortiori, aucune restructuration ne sont sur la table", la direction "joue un jeu malsain et dangereux". "Si un repreneur venait à ne pas reprendre la totalité des salariés, ces critères, déjà définis, serviraient facilement à licencier les salariés considérés comme excédentaires", relève le syndicat. Il se demande si "cette démarche n'est pas déjà initiée par des fonds de pension candidats" à la reprise de Kem One, "pour avoir une idée d'une possible amélioration de la rentabilité". Le syndicat, qui a lui-même déposé un projet de relance du groupe, a indiqué qu'il se rendrait à la réunion mardi mais qu'il "ne discutera en aucun cas de licenciements", affirmant "se battre pour aucune suppression de poste et refuser ce chantage purement financier".

1.300 salariés concernés

Les organisations syndicales de Kem One doivent par ailleurs être reçues le 30 août au ministère du Redressement productif par un conseiller d'Arnaud Montebourg, selon la CGT. Le groupe Kem One, dont le siège est à Lyon, est né de la cession par le chimiste Arkema de son pôle vinylique au financier américain Gary Klesch en juillet 2012. Il emploie 1.800 personnes en France, principalement en Paca et dans la région lyonnaise, dont 1.300 sont directement concernées par la procédure de redressement judiciaire.

AFP

Lundi 26 Août 2013



Lu 182 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse