Les syndicats satisfaits de la commande MSC à Saint-Nazaire



Le chantier naval STX Europe à Saint-Nazaire © STX
Le chantier naval STX Europe à Saint-Nazaire © STX
L'annonce de la commande de deux paquebots géants, par l'armateur italo-suisse MSC croisière, aux chantiers STX France de Saint-Nazaire a suscité la satisfaction chez les syndicats des chantiers tandis que plusieurs commerçants nazairiens ne cachaient pas leur soulagement jeudi 20 mars. "Nous nous félicitons de cette commande qui assure plusieurs millions d'heures de travail aux chantiers de Saint-Nazaire comme à tous ses co-réalisateurs et sous-traitants", a déclaré la CFDT. "Ce sont six ans devant nous, après des années fort moroses où le chômage partiel fut le quotidien de beaucoup, des mois durant pour certains salariés du chantier. Et le chômage tout court pour bien d'autres salariés avec la fermeture de nombreuses entreprises", poursuit la CFDT.
Rappelant que cette commande avait été signée grâce à un accord de compétitivité réduisant le coût du travail aux chantiers, la CFDT, signataire de l'accord avec la direction en janvier, a estimé que ces commandes étaient le fruit d'une "nouvelle vision des relations sociales". "D'un côté, les salariés ont mis 5 millions d'euros d'économies par an pour au moins trois ans sur la table et, de l'autre, les actionnaires, dont l'État, ont autorisé cette commande sans qu'elle soit prise à risque" de perte financière, ajoute la CFDT. "C'est forcément une bonne nouvelle après la situation dans laquelle on a vécu" mais "on n'oubliera pas que ces commandes ont été faites sous le signe de la régression sociale", a regretté devant l'entrée des chantiers Joël Cadoret, délégué CGT des chantiers, qui s'était opposé à l'accord de compétitivité. "On espère que ces commandes iront vers l'emploi local et un plan d'embauche : tant aux bureaux d'études qu'en milieu ouvrier, on a besoin d'un plan d'embauche en CDI", a martelé Joël Cadoret, qui a rappelé que les chantiers étaient passés de 5.000 salariés au début des années 2000 à 2.100 salariés actuellement.
"Nous sommes extrêmement satisfaits", a déclaré pour FO Nathalie Durand-Prinborgne. "Cela nous permet forcément une vision à long terme que l'on n'avait pas eue depuis très longtemps", a-t-elle ajouté. FO n'a pas signé l'accord de compétitivité mais a choisi, après avoir négocié plusieurs de ses points, de ne pas le dénoncer, permettant de fait sa ratification.
Chez les commerçants situés près des chantiers, le soulagement était important. "On attendait ça depuis longtemps, bien sûr", a déclaré une restauratrice située près de la principale sortie des salariés des chantiers. "C'est une très bonne nouvelle, ça donne du travail pour tout le monde, les commerçants, tout le bassin nazairien, on est dépendants de ça", a renchérit Fabrice, un autre restaurateur.
Le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a également salué jeudi 20 mars un "nouveau succès des chantiers de Saint-Nazaire" avec cette commande. "En signant ce jeudi une lettre d'intention pour une commande de deux navires représentant un investissement de 1,5 milliard d'euros, et en posant une option pour deux autres navires, ce qui porterait la somme à 3 milliards d'euros, Erminio Eschena, directeur général de MSC Croisières pour la France, la Belgique et le Luxembourg, passe la commande la plus importante de l'histoire de sa compagnie", relève Matignon. "Cette fidélité s'est forgée dans la qualité du travail et le savoir-faire des chantiers de Saint-Nazaire. En effet, l'ensemble de la flotte actuelle de MSC (12 bateaux) est issue des cales de Saint-Nazaire", soulignent les services du Premier ministre. "Pour les chantiers de Saint-Nazaire, ces deux paquebots vont représenter 16 millions d'heures de travail", font-ils valoir, ajoutant que "ces bateaux d'une nouvelle génération figureront parmi les plus grands du monde en termes de capacité. Ils seront même les plus grands jamais construits par un armateur européen". Matignon vante aussi "un nouveau succès pour Saint-Nazaire après la commande, en décembre 2012, du plus grand paquebot de croisière du monde par l'armateur RCCL".

AFP

Vendredi 21 Mars 2014



Lu 93 fois



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 15:01 Marseille-Lyon : un avenir en commun


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse