Les terminaux de Tanger-Med II attribués


Concédés à APM Terminals et à Marsa Maroc, les deux terminaux de Tanger-Med II seront opérationnels début 2019, et porteront la capacité du port marocain à 9 millions d'EVP. Une des concrétisations de la stratégie portuaire et logistique du royaume chérifien dont les avancées ont été présentées lors du récent SITL Europe.


Signature de la nouvelle concession sur Tanger-Med II par APM Terminals et l’autorité portuaire de Tanger-Med © TMSA
Signature de la nouvelle concession sur Tanger-Med II par APM Terminals et l’autorité portuaire de Tanger-Med © TMSA
Le groupe danois AP Møller-Maersk renforce ses positions sur le détroit de Gibraltar. Solidement implanté à Algésiras en Espagne, sa filiale de manutention APM Terminals a signé le 30 mars une nouvelle concession avec l’autorité portuaire de Tanger-Med. Présent sur le port marocain depuis son ouverture en 2007, elle étendra ses activités à compter du 1er janvier 2019 sur Tanger-Med II au moyen d’un nouveau terminal automatisé comprenant 1.600 mètres de quai et 76 hectares de terre-pleins. Soit une capacité de l’ordre de 4,2 millions d'EVP. Au total, APM Terminals investira 758 millions d’euros sur son nouveau site concédé pour trente ans. L’accord conclu avec l’autorité portuaire marocaine prévoit une option d’extension de 400 mètres de quai et de 18 hectares correspondant à une capacité supplémentaire d’un million d’EVP et à un investissement de 140 millions d'euros. Un temps pressenti à la place d’APM Terminals, Marsa Maroc occupera de son côté le deuxième terminal aménagé sur Tanger-Med II. Sur 800 mètres de quai et 32 hectares proposant une capacité de 1,3 million d'euros, l’entreprise de manutention investira 260 millions d'euros et créera un terminal ouvert à toutes les compagnies maritimes.

Une vision à 2030

Avec l’attribution de ces deux terminaux, l’ensemble des surfaces proposées sur Tanger-Med II sont concédées. Financé par le royaume chérifien, son aménagement a représenté un investissement de près de 1,2 milliard d’euros, et portera à 9 millions d'EVP la capacité du port marocain d’ici 2019. Avec une nouvelle phase d’extension dont le chantier débuterait d’ici la fin de l’année, Tanger-Med s’intègre à la stratégie portuaire et le plan logistique du Maroc. Leurs avancées ont été présentées lors du récent SITL Europe par Rachid Tahri, président de l’association marocaine des freight forwarders (AFFM), et Younes Tazi, directeur général de l’Agence marocaine du développement de la logistique (AMDL).

"Devenir le gateway logistique d’Afrique"


La stratégie portuaire prévoit un investissement de 7 milliards d’euros d’ici 2030 et une augmentation de la capacité des ports du royaume de 140 à 370 millions de tonnes. Avec Tanger-Med, elle fixe le développement des places de Nador, Kenitra, Dakhla, Safir et Jorf Lasfar. Avec le même horizon 2030 et adossé à une politique d’infrastructures routières, ferroviaires et aéroportuaires, le plan logistique vise à réduire le coût logistique de 20 à 15 % du PIB, et à structurer son activité autour et dans les principaux centres économiques du pays grâce à l’aménagement d’entrepôts sur 3.300 hectares dédiés.  

Ambition dans le fret aérien

Plusieurs indicateurs témoignent de l’avancée de ce plan. Le marché des prestations logistiques a ainsi progressé de 22,3 % entre 2010 et 2014 pour peser plus de 2,1 milliards d’euros. Dans la région du Grand Casablanca, le coût de location au mètre carré a diminué de 35 % sur les cinq dernières années, et le coût d’entreposage de 37 %. Dans le même temps, le prix de la traversée Tanger-Algésiras a chuté de 46 %, et les capacités en formation logistique ont été multipliées par près de 4 avec 7.300 places par an au moyen de 220 établissements. "Aujourd’hui, nous cherchons à diversifier cette formation et à l’ouvrir davantage aux opérateurs", précise Younes Tazi.
Au-delà de l’irrigation de son territoire, le Maroc ambitionne de devenir le gateway logistique de l’Afrique. Avec les ports, le responsable promeut les capacités aéroportuaires de Casablanca. "Avec une trentaine de vols directs en Afrique et une quarantaine avec l’Europe, Casablanca est déjà un hub passagers. Il a les atouts pour devenir un hub cargo en Afrique de l’Ouest". Un second axe de cette ambition passe par la conclusion d’accords de coopération régionaux. Trois ont été signés à ce jour avec la Tunisie, le Cameroun et la Côte d’Ivoire.

Érick Demangeon

Jeudi 7 Avril 2016



Lu 1550 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse