Les transitaires marseillais continuent de se battre sur tous les fronts


Avec l'entrée en vigueur du nouveau Code des douanes de l'Union (CDU), les transitaires ont vu disparaître leur statut de commissionnaires en douane pour celui de "représentants enregistrés". "Aujourd'hui, le CDU prévoit un point de dédouanement centralisé national. Dès 2019, il s'agira d'un point de dédouanement européen". Pour Jean-Pierre Vigerie, le président du Syndicat des transitaires de Marseille-Fos (STM) sortant, qui a cédé sa place le 20 mai 2016 à Stéphane Salvetat, "cette réforme ne va pas révolutionner le métier".


© Vincent Calabrèse
© Vincent Calabrèse
Alors que le Code des douanes de l'Union (CDU) vient d'entrer en vigueur, Jean-Pierre Vigerie, qui tirait vendredi 20 mai le bilan de ses trois années de présidence au Syndicat des transitaires de Marseille-Fos (STM), reconnaît : "À une époque, nous rencontrions la Douane plusieurs fois par an. Aujourd'hui, la liste des sujets à aborder avec eux est beaucoup moins fournie". Pour les PME du transit, comme pour les grands groupes, avoir un point de dédouanement unique ne change pas grand-chose, estime-t-il. Il souligne que le STM est resté affilié à TLF (via la branche "Overseas").

Le syndicat resté membre de TLF

Une fédération nationale avec laquelle le syndicat a "travaillé sur les dossiers du CDU mais aussi du pesage des conteneurs en collaboration avec le Syndicat des transitaires du Havre (STH). Nous avons pu bien défendre notre profession. Nous avons été aidés par l'AUTF". Il regrette qu'aucune des avancées obtenues sur les deux dossiers pour le métier n'ait à ce jour été "gravée dans le marbre" par les autorités.

Sur un plan plus local, l'ancien président du STM rappelle s'être impliqué sur le dossier des inspections phytosanitaires à Fos. Il souligne s'être battu pour obtenir un poste d'inspection frontalier (PIF) sur le terminal Seayard. "La prorogation n'est pas validée mais nous avons pu avoir le trafic de fruits en provenance d'Israël".
Quant au projet de "point de contrôle unique (PUC) sur le port de Marseille-Fos, il avance", indique-t-il. Autre sujet qu'il va devoir laisser à son successeur, les dysfonctionnements issus de la mise en place du nouveau système informatique (TOS) chez Eurofos couplée au dispositif de prises de rendez-vous pour les chauffeurs routiers à la "gate express". "Pour les navires en opérations le week-end, il fallait attendre le lundi pour obtenir le BAD", insiste Jean-Pierre Vigerie. Une belle avancée a pu être obtenue en matière de formalités douanières le 1er mai.
La balle est désormais dans le camp du nouveau bureau et de Stéphane Salvetat, élu pour un premier mandat d'un an. Il hérite donc de dossiers de dimension nationale mais aussi locale, à savoir les deux bassins du port phocéen.

Jean-Pierre Vigerie a cédé la place à Stéphane Salvetat © Vincent Calabrèse
Jean-Pierre Vigerie a cédé la place à Stéphane Salvetat © Vincent Calabrèse
Stéphane Salvetat monte au filet

Au terme d'un mandat de trois ans, Jean-Pierre Vigerie, à l'âge de 62 ans, a pris sa retraite du Syndicat des transitaires de Marseille Fos (STM) dont il occupait la présidence depuis 2013 mais aussi de Tier Port Services (TPS), le commissionnaire de transport du groupe Worms dont il était directeur d'exploitation. Il passe le flambeau à Stéphane Salvetat, le directeur général du groupe de transit et agent maritime LAM France (ex-Heritage International). Cette entreprise marseillaise fait partie des 88 adhérents du STM, et emploie 11 personnes. Elle est contrôlée par Stéphane Salvetat aux côtés de Didier Peyre et du groupe LAM, détenu par la famille turque Makzume. LAM possède un réseau de 41 bureaux et réalise un chiffre d'affaires de 140 millions d'euros dont 80 % avec les pays du Moyen-Orient. Il est implanté en Europe de l'Est et orientale (Roumanie, Géorgie), au Proche-Orient (Turquie), au Moyen-Orient (Irak, Kazakhstan) et aux États-Unis. LAM est également partenaire de quelques entreprises de renom dans le cadre de joint-ventures.

Vincent Calabrèse

Mardi 24 Mai 2016



Lu 787 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse