Les travaux du port pétrolier du Saint-Laurent n'ont pas repris


L'opérateur pétrolier n'a pas repris les travaux préalables à la création d'un port sur le Saint-Laurent. Il attendant d'être sûr de se conformer aux normes environnementales exigées par le gouvernement québécois pour protéger une colonie de bélugas.


Les travaux sur le Saint-Laurent devaient reprendre le 15 octobre
Les travaux sur le Saint-Laurent devaient reprendre le 15 octobre
L'opérateur d'oléoducs TransCanada a renoncé à reprendre les forages et relevés sismiques menés dans le fleuve Saint-Laurent où il souhaite bâtir un port pétrolier controversé, destiné à l'exportation vers l'Europe. La justice avait ordonné le 23 septembre la suspension de ces travaux jusqu'au 15 octobre, en raison des menaces qu'ils faisaient peser sur une colonie de bélugas, classée en "voie de disparition" par le Canada.

Nuisances sonores

Fin août, le gouvernement québécois avait pourtant autorisé le spécialiste nord-américain du transport d'hydrocarbures à mener ces relevés jusqu'à la fin de l'automne. Les informations recueillies devaient confirmer si la zone convoitée, au large du village de Cacouna (430 km au nord-est de Montréal), pouvait ou non accueillir un port pétrolier qui serait directement relié au pétrole de l'ouest canadien, via un nouvel oléoduc. La suspension avait été ordonnée en raison des nuisances sonores occasionnées, en pleine période de reproduction des cétacés. En conséquence, TransCanada a remis le 10 octobre au ministère québécois de l'Environnement "une série de propositions afin de se conformer au certificat d'autorisation (délivré fin août, NDLR) et notamment à la question du bruit subaquatique", a déclaré un porte-parole. Les autorités de la province francophone n'y ont pas encore donné suite, mais l'opérateur d'oléoducs se dit confiant : "Une fois que la proposition aura été acceptée, nous allons pouvoir communiquer la date de reprise des travaux".
"On prend notre responsabilité environnementale particulièrement au sérieux", a assuré TransCanada pour qui ce projet est crucial, en raison du manque d'infrastructures pour transporter les hydrocarbures nord-américains, dont la production a explosé au cours de la dernière décennie. Une coalition d'organisations de défense de l'environnement, parmi lesquelles Greenpeace et la Fondation David Suzuki, a exhorté de son côté le gouvernement québécois à "révoquer le certificat d'autorisation (de travaux) octroyé à TransCanada", délivré fin août et en vigueur jusqu'au 30 novembre.

AFP

Vendredi 17 Octobre 2014



Lu 111 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse