Les ventes d'Eurotunnel tirées par le fret


Le chiffre d'affaires du groupe Eurotunnel, qui exploite le tunnel sous la Manche, a bénéficié au premier trimestre du dynamisme du transport de marchandises, enregistrant une croissance de 10 %, à 304,9 millions d'euros.


L'activité maritime de la compagnie MyFerryLink est en hausse de 37 % © MyFerryLink
L'activité maritime de la compagnie MyFerryLink est en hausse de 37 % © MyFerryLink
Au premier trimestre, toutes les activités de l'exploitant du tunnel sous la Manche ont connu une croissance de leur activité selon des données publiées mercredi 22 avril : trafic sous le tunnel, compagnie de transport ferroviaire de marchandises Europorte, compagnie maritime MyFerryLink (ex-SeaFrance). L'exploitation du tunnel elle-même a généré un chiffre d'affaires de 202,7 millions d'euros (+ 6 %). Les revenus dégagés par les navettes ont augmenté de 10 %, à 124,6 millions d'euros. Elles ont pris en charge 373.365 camions (+ 8 %), 464.305 voitures (+ 4 %) et 11.962 autocars (stable).

Record au mois de mars

Sur le seul mois de mars, le groupe a transporté 140.009 poids lourds, un record qui "conforte Eurotunnel dans sa stratégie d’innovation et d'investissement dans trois nouvelles navettes camions ainsi que dans l’extension de ses terminaux de Coquelles et Folkestone", remarque l'entreprise.
Le nombre de passagers empruntant les trains Eurostar, compagnie ferroviaire indépendante d'Eurotunnel, est pour sa part resté stable, à 2,3 millions, "en raison des attentats à Paris début janvier, puis des difficultés de trafic fin janvier et enfin le 2 mars, journée pendant laquelle la circulation a été interrompue sur le réseau ferré britannique à grande vitesse HS1", avance Eurotunnel.

"Extension des terminaux de Coquelles et Folkestone"


Les revenus provenant des redevances du réseau ferroviaire ont en revanche légèrement baissé (- 1 %), à 74,5 millions d’euros. La compagnie de fret ferroviaire du groupe, Europorte, affiche elle une croissance de 15 % de son chiffre d'affaires, à 77 millions d'euros. Elle "poursuit sur la voie de la croissance tout en étant sélectif sur les contrats pour optimiser sa rentabilité", note le groupe qui met en avant la signature d’un accord d’une durée de quinze ans avec le Port Atlantique de Bordeaux.
L'activité maritime de la compagnie MyFerryLink, placée en sauvegarde judiciaire début avril, est de son côté en hausse de 37 %, à 25,2 millions d'euros, avec 118.013 camions et 42.898 voitures transportés. Eurotunnel est propriétaire des navires rachetés à l'ex-compagnie SeaFrance, et les loue aux anciens salariés de cette société, réunis au sein de la Scop SeaFrance. Mais après l'interdiction par le Tribunal d'appel de la concurrence (CAT) britannique de desservir Douvres, Eurotunnel a décidé de rechercher un repreneur pour la compagnie et a confirmé mercredi 22 avril l'arrêt de cette activité au plus tard le 2 juillet. "Les pouvoirs publics français suivent de près ce dossier et réfléchissent à des montages susceptibles de permettre la poursuite de cette activité", a indiqué le groupe.

Contre la modernisation des ports de Calais et Boulogne-sur-Mer

Eurotunnel a déposé au tribunal administratif de Lille un recours contre la concession des ports de Calais et Boulogne-sur-Mer qui doit permettre la réalisation du projet Calais port 2015. Ce projet, d'un montant de 650 millions d'euros, doit notamment permettre la création dans le port de Calais, premier port français de passagers, d'une nouvelle digue de 3 km, un bassin de 90 hectares, 44 hectares de nouveaux terre-pleins gagnés sur la mer et des infrastructures intermodales rail-route-mer. Il prévoit également une remise à niveau des équipements de la filière halieutique du port de Boulogne.
Ce recours "veut dire en conséquence que la DSP, peut-être, ne se mettra pas en place et qu'il n'y aura peut-être plus les investissements prévus, donc je laisse à Jacques Gounon (PDG d'Eurotunnel) les responsabilités de son acte que je trouve absolument irraisonnable", a déclaré Jean-Marc Puissesseau, président de la CCI Côte d'Opale, qui exploite les deux ports. "Cette action de Jacques Gounon est extrêmement grave", a insisté Jean-Marc Puissesseau, particulièrement inquiet pour le port de Boulogne, qui devait être "sauvé financièrement par les investissements très importants qui étaient prévus" dans ce projet.
En décembre, Jacques Gounon avait menacé la Région d'intenter un recours contre le projet, estimant qu'il créait une distorsion de concurrence au détriment d'Eurotunnel par le biais des subventions et garanties publiques de prêts octroyées aux ports de Calais et Boulogne. Si la région, propriétaire des deux ports, a 90 jours pour apporter ses arguments et ses réponses aux questions posées dans le recours, elle entend "régler cette affaire dans les plus brefs délais", vraisemblablement dans un délai de 30 jours, selon Wulfran Despicht, vice-président en charge de la mer. "Le secteur de Calais a besoin de ce projet. Il ne faut pas perdre davantage de temps qu'on en a déjà perdu jusque maintenant", a-t-il déclaré, "absolument convaincu que l'issue sera positive pour ce projet et que la région gagnera en face du recours". "On a vraiment l'impression que cet acteur économique joue contre son propre territoire et c'est dommage", a-t-il ajouté à propos d'Eurotunnel, soulignant les "grandes difficultés économiques" rencontrées par ce territoire.

AFP

Mercredi 22 Avril 2015



Lu 187 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse