Les villes portuaires doivent s'adapter


Du 18 au 21 juin, la 13e conférence mondiale de l'Association internationale villes et ports (AIVP) se déroule à Saint-Nazaire et Nantes. L'institution, fondée en 1988, dit "témoigner de la volonté de nombreux acteurs d'accompagner la mutation des cités portuaires". Explications du directeur général de l'AIVP, Olivier Lemaire, qui retrace l'évolution des relations entre villes et ports dans la dernière note de synthèse publiée par l'Isemar.


© Sydney Opera House
© Sydney Opera House
"Il y a deux décennies, il fallait alors avoir une certaine dose d'imagination pour concevoir que ce que l'on appelait alors "friches portuaires" portait en gestation la formidable mutation des villes portuaires que l'on connaît aujourd'hui partout dans le monde", souligne le document. Le dirigeant de l'AIVP ajoute que l'Amérique du Nord, avec son concept de "waterfront", commençait déjà à faire figure de modèle dans l'esprit des urbanistes européens.
Les Docklands de Londres, le Port Vell à Barcelone, le Porto Antico à Gênes... Pour Olivier Lemaire, en Europe, "tous ces projets spectaculaires s'appuyaient sur le même phénomène mondial de délocalisation des fonctions portuaires libérant bassins et vastes terre-pleins admirablement situés au pied des centres-villes anciens, eux-mêmes engagés dans un mouvement de réhabilitation urbaine sans précédent".
L'enjeu de l'AIVP était de "réunir deux mondes qui s'ignoraient alors largement et les amener à dialoguer autour de l'avenir des friches portuaires et des interfaces ville-port".
"Le maître mot de l'époque, souligne l'auteur de la note de synthèse de l'Isemar, était "synergie" avec des approches permettant aux acteurs urbains (architectes, urbanistes) et portuaires de mieux vivre ensemble pour affronter ensemble de nouveaux défis en en tirant un profit commun". Dès lors, l'AIVP est devenue un élément fédérateur des démarches d'échanges et de partages des expériences.
M. Lemaire explique que les anciens sites portuaires se transforment avec des projets urbains emblématiques (et de citer l'opéra de Sydney ou d'Oslo, le musée Guggenheim de Bilbao, le Museum aan de Storme à Anvers, les Machines de l’île à Nantes).

"Sur le modèle des 'waterfronts' américains"


À propos de la transformation des "waterfronts" laissés vacants, le directeur général de l'AIVP souligne que les acteurs urbains ont vite compris qu'ils disposaient d'"une rente de situation foncière exceptionnelle qui leur permettait toutes les audaces". La flambée des prix de l'immobilier de ces dernières années et les mouvements spéculatifs ont très nettement favorisé le dynamisme de ces zones qui avaient attiré les investisseurs immobiliers.
Mais, les ports, pour leur part, ont fait de "très mauvaises affaires il y a quelques décennies en cédant leurs espaces délaissés aux villes pour l'euro symbolique", rappelle Olivier Lemaire. D'autres, par chance, ont négocié davantage, "dans une logique du donnant-donnant". De manière globale, l'auteur du rapport regrette aujourd'hui que ces "opérations gagnant-gagnant pour le port et pour la ville" aient vite trouvé "leurs limites".
Pour l'auteur de la note de synthèse publiée par l'institut, les villes portuaires sont, sans doute, plus que d'autres pôles urbains, "des villes en mouvement, portées par les évolutions technologiques et sociétales globales". Elles sont aussi exposées d'autant plus fortement aux crises de tous ordres. Il indique que "pour s'adapter aux cycles économiques, (ces villes) ont toujours dû innover. Celles qui n'ont pu ou su le faire ont inexorablement décliné". Et de constater aujourd'hui les projets d’énergies marines renouvelables (EMR) qui se multiplient à Bremerhaven, à Hull, à Saint-Nazaire, à Cherbourg et au Havre, créant ainsi de nouvelles filières économiques et des emplois.

Un port de plus en plus citoyen

M. Lemaire conclut son document en expliquant que "le port s'affiche aussi de plus en plus citoyen". Selon lui, "s'intégrer à la vie de la cité, refaire le lien avec la population pour favoriser la dynamique de développement ville-port" sont deux évolutions qui deviennent indispensables. Il juge que les "ports centers" (centres portuaires) se multiplient en Europe sur les modèles d'Anvers, de Rotterdam, Gênes ou Melbourne. Les programmes d'éducation portant sur la place de la ville portuaire dans les nouvelles dynamiques commerciales et industrielles mondiales participent à la construction de chaque ville portuaire.
"Qu'il soit urbain, entrepreneur ou citoyen, le port se veut aujourd'hui un partenaire incontournable du développement durable des villes et régions portuaires", souligne-t-il.

Vincent Calabrèse

Vendredi 15 Juin 2012





     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse