Les vols de câbles de la SNCF chutent de 50 %


Malgré de nouveaux actes de malveillance survenus jeudi 1er novembre, la SNCF estime que les mesures de prévention pour sécuriser les milliers de kilomètres de rails ont porté leurs fruits, les vols de câbles métalliques ayant diminué de moitié au premier semestre.


© RFF/Capa/Stéphane Zaubitzer (Toma)
© RFF/Capa/Stéphane Zaubitzer (Toma)
Les vols de câbles de la SNCF chutent de 50 % grâce à un plan de prévention. "C'est un résultat obtenu grâce aux nombreuses mesures prises pour lutter contre les vols", a déclaré vendredi 2 novembre un porte-parole de la SNCF. La SNCF dispose désormais d'une vaste gamme d'outils, des hélicoptères de la gendarmerie aux alarmes mobiles avec vidéos, pour dissuader les arracheurs de câbles.

Un préjudice de 30 M EUR

Alors qu'au premier semestre 2011, 2.026 vols ou tentatives de vols de métaux ont été enregistrés, pour les six premiers mois de l'année ce chiffre est ainsi retombé à 1.026, soit une chute de 49 %, a dévoilé l'entreprise publique au lendemain d'un acte de malveillance sur un câble à fibre optique de la ligne à grande vitesse Paris-Lyon, qui a entraîné de fortes perturbations sur la circulation des TGV sur le Sud-Est de la France. En 2010, la SNCF avait recensé plus de 3.300 vols et tentatives de vols de métaux. "Les vols augmentent en fonction de la flambée des cours du cuivre", explique un porte-parole de Réseau ferré de France (RFF). Le cours mondial du cuivre avait alors atteint un record à 10.000 dollars la tonne (plus de 7.700 euros) pour la première fois en février 2011. En réaction, d'importantes mesures de prévention ont été prises depuis dix-neuf mois. Car ces vols, produits en majorité sur des installations en exploitation, ont représenté en 2010 un préjudice de 30 millions d'euros pour Réseau ferré de France, et causé plus de 5.800 heures de retard des trains. En février 2011, la SNCF a donc signé une convention avec la gendarmerie pour mieux sécuriser les 30.000 km de voies ferrées. Parmi les moyens mis en place, 150 heures de surveillance aérienne par des hélicoptères de la gendarmerie équipés de vision nocturne.

Des puces pour géolocaliser les câbles

Le mois suivant, le précédent gouvernement annonçait en outre un plan de 40 millions d'euros sur dix-huit mois pour surveiller les rails, dont 30 millions incombant à RFF. Parmi les principales pistes étudiées, l'enfouissement des câbles en cuivre plus profondément sous terre, ou leur remplacement par des alliages ou la fibre optique. "Ainsi, si les câbles en cuivre étaient visés, et qu'ils ont été remplacés par la fibre optique, cela peut permettre de dissuader les voleurs de recommencer", explique le porte-parole de RFF. 2.000 km sur les 15.000 km de rails électrifiés du réseau ont déjà été remplacés. En outre, 300 agents supplémentaires ont été chargés d'assurer des tournées de surveillance, et un dispositif d'alarme mobile et autonome avec vidéo a été mis en place.
RFF et la SNCF étudient également d'autres pistes. "Nous cherchons à améliorer la coordination entre les services de l’État. Car nous avons observé que lorsque notre réseau est bien sécurisé, les vols de cuivre se répercutent ailleurs. Il faut donc remonter la filière de vente", indique RFF. Enfin, RFF et la SNCF cherchent à développer des moyens innovants, parmi lesquels des puces permettant la traçabilité et la géolocalisation des câbles. "C'est un patchwork de solutions. On ne traitera pas de la même façon le réseau en zone urbaine et en zone rurale", souligne la porte-parole de RFF. Jeudi 1er novembre, indépendamment du vol de câble à fibre optique sur la LGV Paris-Lyon, une installation de remplacement dans le Nord de Paris a également été visée. En tout, plusieurs centaines de câbles ont été sectionnés, a indiqué la SNCF.

Les vols pénalisent régulièrement le trafic

L'avarie responsable jeudi soir de gros retards des TGV entre Paris et le Sud-Est de la France est le résultat d'un des nombreux actes de malveillance auxquels la SNCF est régulièrement confrontée, en particulier les vols de câbles revendus à hauts prix. Voici un rappel de quelques incidents depuis 2009 :
15 octobre 2009 : Un vol de 200 mètres de câbles de cuivre dans le Val-de-Marne perturbe la circulation des TER et TGV pendant plus d'une journée.
23 janvier 2011 : Le trafic de la gare Lille-Flandres, la première en France en termes de trafic TER, est paralysé plusieurs heures en raison d'un important vol de câbles de signalisation.
8 février 2011 : Le trafic des TGV Nord et des Thalys est perturbé par un important vol de câbles et de fibres optiques.
26 février 2011 : Des câbles de signalisation et d'alimentation sont sciés près d'Albertville, sur la ligne Chambéry-Bourg-Saint-Maurice (Savoie), provoquant des retards pour 40.000 voyageurs lors d'un week-end de vacances très chargé.
19 avril 2011 : Après le vol de douze câbles dans un tunnel entre Beauvais et Méru (Oise), la circulation des trains reste interrompue pendant plus d'une journée.
3 mars 2012 : Le chassé-croisé des vacanciers dans les Alpes est fortement perturbé dans la région de Chambéry (Savoie). La nuit précédente, des câbles électriques ont été brûlés dans trois communes.
26 juillet 2012 : Quelque 60.000 personnes voyageant à bord de 200 TGV entre Paris et Lyon subissent des retards de plusieurs heures à la suite de la section d'un câble de cuivre dans l'Yonne.
14 août 2012 : Le trafic ferroviaire est interrompu plus d'une heure puis très perturbé sur la ligne à grande vitesse Nord, après un vol de câbles à Beugnâtre, près d'Arras, qui provoque d'importants problèmes de signalisation.
1er novembre 2012 : Le trafic TGV sur l'axe Paris-Sud-Est est perturbé pendant plus de trois heures en soirée, après la coupure de câbles par des voleurs à la recherche de cuivre.
Selon l'Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), les vols de câbles sont faciles à commettre: les voleurs déterrent les câbles le long des voies, ou bien pillent les entrepôts de la SNCF ou de RTE (Réseau de transport d'électricité). Depuis 2011, le réseau est surveillé par des hélicoptères de la gendarmerie. Le cuivre est coté plus de 6.000 euros la tonne sur le marché international.

Marie-Morgane Le Moel

Lundi 5 Novembre 2012


Tags : ferroviaire, rff, sncf



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse