Levée de boucliers des bateliers fluviaux contre VNF


Depuis le 26 août, les bateliers ne peuvent plus naviguer sur la Haute-Seine entre Coudray-Montceaux et Montereau-Fault-Yonne. Une perte sèche pour les professionnels de la voie d'eau sur cet axe loin d'être compensée par les indemnités proposées par VNF. Les hausses de péages alimentent aussi les tensions avec le gestionnaire du réseau.


Michel Dourlent, président de la CNBA © Érick Demangeon
Michel Dourlent, président de la CNBA © Érick Demangeon
À l'origine l'intention était louable rappelle la Chambre nationale de la batelerie artisanale (CNBA) : "La modernisation des infrastructures fluviales et la rénovation de quatre écluses sur la Haute-Seine afin d'améliorer le service des usagers de la voie d'eau". Initialement, ce chantier prévoyait un chômage de cinq semaines au plus. Sauf que les bateliers ont été informés par Voies navigables de France (VNF) que leur incapacité de naviguer serait au mieux de neuf semaines consécutives ! En cause, la découverte d'amiante lors des travaux imposant de nouveaux modes opératoires adaptés. Cet allongement constitue "une perte sèche pour les bateliers qui n'ont d'autres choix que de prendre leur mal en patience avec leur 20.000 tonnes de marchandises par jour qui ne peuvent plus passer dans l'écluse de Coudray à l'amont d'Évry". Du coup, "les bateliers n'ont plus de travail et ils ont peur de perdre leurs clients", s'insurge Michel Dourlent.

Tensions croissantes

Pour le président de la Chambre, ce blocage est dû au gestionnaire du réseau fluvial qui n'a pas retenu la proposition des professionnels de la voie d'eau de moderniser au préalable les anciennes écluses. "Cette démarche aurait permis de réduire considérablement les arrêts de navigation. VNF a préféré gérer son réseau de façon autonome". Pour les membres de la CNBA, "VNF n'est plus capable de faire son travail de gestion des voies d'eau de façon efficace, et d'assurer aux bateliers un réseau qui permette une compétitivité de leur activité face aux géants de la route et du fer". À titre d'indemnisation, VNF a proposé de verser des avances de 3.000 euros par période de vingt jours afin de combler le manque à gagner des bateliers.

"VNF n'est plus capable de faire son travail efficacement"


Une somme jugée insuffisante au regard "de nos charges fixes qui varient de 10.000 à 15.000 euros par mois", selon Michel Dourlent. Ce blocage reflète les tensions croissantes entre le gestionnaire et les transporteurs fluviaux alimentées aussi par les hausses de péages sans corrélation avec la qualité de service du réseau...

Érick Demangeon

Mardi 15 Octobre 2013



Lu 677 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 14:12 Port de Lyon : le fer porte la croissance


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse