Loi travail : les rail-routiers dénoncent une situation "intenable"


Près d’un quart des trains supprimés et la moitié accusant un retard de plusieurs heures. Au cours des dernières semaines, les opérateurs membres du groupement national du transport combiné paient le prix fort des mouvements sociaux sur le réseau ferré national.


Dominique Denormandie, à la tête du GNTC © GNTC
Dominique Denormandie, à la tête du GNTC © GNTC
Depuis le mois de mars, les opérateurs de transport combiné fulminent. La multiplication des mouvements sociaux à la SNCF a pour conséquence de désorganiser leurs plans de transport et de contraindre les chargeurs à supprimer leurs commandes. "La situation déjà dégradée va de mal en pis avec le dysfonctionnement répété des prestations ferroviaires, le blocage des terminaux de transport combiné et les perturbations dans les ports français", liste Dominique Dernormandie, le nouveau président élu à la tête du groupement. S’ajoutent la pénurie de carburant perturbant la distribution et l’enlèvement des unités de transport intermodal (UTI), et les menaces de délestage de l’énergie électrique. Selon le GNTC, 20 % des trains combinés ont été supprimés lors des deux dernières semaines, et 40 % ont été retardés de plusieurs heures. Tel est le cas le 13 mai dernier d’un train entre Dourges et Avignon chargé de denrées périssables "pris en otage par abandon de poste du conducteur. Résultat : le train est arrivé avec sept heures de retard". Le groupement tient à la disposition des pouvoirs publics une série d’exemples de ce type avec des retards allant jusqu’à… quarante-huit heures, sans compter la fermeture de postes bloquant les trains sur les terminaux.
Dans ce contexte, les rail-routiers réclament au gouvernement d’aider la filière et leurs clients privilégiant les modes de transport alternatifs. Rappelant qu’avec Réseau ferré de France, "ce type de situation avait disparu", le GNTC demande "le droit de circuler sur le réseau national ferré pour un service que nous payons d’avance. Il est totalement inacceptable qu’une grève SNCF stoppe les trains de transport combiné d’opérateurs privés, du fait que le réseau ferré national est confisqué par des agents SNCF". Il souligne aussi que ces actions constituent "un nouveau coup de force sur la négociation de la convention collective nationale de la branche ferroviaire". Portant sur la durée de travail notamment, ses membres sont opposés à "un alignement sur la norme sociale de l’entreprise ferroviaire historique – imposée par les organisations syndicales de l’Epic national – qui fait peser un risque majeur sur le transport combiné rail-route".

TLF : le "respect des règles démocratiques et la liberté de chacun" attendus

Alors que la branche transport se rapproche du Conseil national des professions automobiles (CNPA), l'Union TLF indique avoir été entendue à Matignon où elle fait valoir des exigences pour que "les habituelles contraintes administratives soient levées". Elle regrette toutefois qu'à ce jour "une situation normale ne soit pas rétablie". La fédération relève : "Notre souci principal est de permettre à toutes nos entreprises de transport, de logistique et d'organisation de transport un fonctionnement normal, libéré des chantages et pressions subis ces dernières semaines". Et d'ajouter : "Notre détermination, vos efforts nous permettront de faire vivre notre pays dans le respect des règles démocratiques et de la liberté de chacun".

Des raffineries à la peine

Malgré l'arrêt total ou partiel de six des huit raffineries françaises, affectées par la fronde contre la loi travail, l'approvisionnement des stations-service continuait de s'améliorer mardi 31 mai en France grâce au déploiement d'importants efforts logistiques par les opérateurs comme Total. Pour faire face à la situation actuelle, les importations ont été augmentées. "La logistique est parfaitement éprouvée", assure un expert du secteur. Les ports de Dunkerque, Saint-Nazaire, Bordeaux ou Lorient par exemple sont devenus des alternatives aux grands ports et aux terminaux pétroliers comme ceux du Havre et de Marseille. Les importations passent aussi par un vaste réseau d'oléoducs, relié notamment à la zone Anvers-Rotterdam-Amsterdam, des barges fluviales, des trains et des camions.

Érick Demangeon

Mardi 31 Mai 2016



Lu 314 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2016 - 15:56 Grèce : les marins en grève contre l'austérité €

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:20 40.000 Nigérians demandent des comptes à Shell €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse