Lufthansa veut faire mieux en 2015


Le géant européen de l'aérien Lufthansa veut progresser en 2015 après une année "mouvementée", et ce malgré une concurrence féroce et la menace de nouvelles grèves.


Lufthansa a commandé neuf avions pour Swiss et Eurowings © Lufthansa Cargo
Lufthansa a commandé neuf avions pour Swiss et Eurowings © Lufthansa Cargo
Lufthansa a dit jeudi 12 mars vouloir faire mieux en 2015. "2014 a été une année mouvementée à plusieurs égards", a estimé Carsten Spohr, le patron du groupe, à Francfort, en évoquant notamment les conflits géopolitiques. "La concurrence est devenue encore plus forte, avec une pression accrue sur les prix, et des grèves massives ont pesé sur notre activité", a-t-il ajouté. Selon des chiffres déjà publiés fin février le groupe allemand, maison mère des compagnies Lufthansa, Swiss, Austrian Airlines et Germanwings, a vu son bénéfice net divisé par près de six sur un an en 2014, à 55 millions d'euros. Il a été pénalisé par des débrayages à répétition - une dizaine en 2014 - qui lui ont coûté 232 millions sur l'année, et par des pertes sur des options pour se prémunir d'une hausse des prix du pétrole. Le chiffre d'affaires est resté stable à 30 milliards d'euros, sur fond de baisse des prix des billets d'avion, tandis que le bénéfice d'exploitation a grimpé de 36 % à 954 millions. Fret et transport de passagers ont amélioré leur performance opérationnelle.

Objectifs 2015 précisés

Lufthansa a chiffré jeudi 12 mars la "nette progression" attendue de ses bénéfices en 2015 : il table sur un bénéfice d'exploitation Ebit ajusté de "plus de 1,5 milliard d'euros", contre 1,2 milliard d'euros en 2014. Ces objectifs n'incluent pas les coûts éventuels de nouvelles grèves. La direction est toujours en négociations avec le syndicat Cockpit sur le système de départ en pré-retraite des pilotes, motif d'un bras de fer qui dure depuis des mois. Lufthansa s'attendre à voir son chiffre d'affaires passer de 30 à 32 milliards d'euros, a dit Carsten Spohr. Le transport de voyageurs, en particulier au sein de Lufthansa et Austrian Airlines, ainsi que l'activité traiteur doivent permettre au groupe d'atteindre ses objectifs. Germanwings est censé enregistrer des bénéfices dès cette année.
Le groupe devrait aussi profiter de la baisse des coûts de kérosène, corollaire de la chute du cours du pétrole. Mais un nouveau recul des recettes issues de la vente de billets est à prévoir sous l'effet de la concurrence intense en provenance des compagnies low-cost EasyJet et Ryanair, des compagnies du Golfe et de Turkish Airlines.
"Nous sommes agréablement surpris que Lufthansa ait donné une prévision précise pour son bénéfice d'exploitation étant donné les incertitudes qui pèsent sur ses activités", a souligné Jochen Rothenbacher, analyste pour la banque Equinet. Cela ne suffisait pas à mettre du baume au cœur des investisseurs, déjà refroidis par la décision en février de Lufthansa de ne pas verser de dividende. À 14 h 10, l'action perdait 2,46 % à 13,09 euros, signant l'une des plus forte pertes du Dax à Francfort.

Changements structurels

Pour rester dans la course face à ses rivaux, le groupe Lufthansa veut améliorer la qualité de son offre dans les compagnies traditionnelles, avec par exemple une "classe économique premium". Mais aussi transférer un grand nombre de liaisons à ses filiales à bas coûts, ce qui suscite la grogne des salariés. Engagé dans le renouvellement de sa flotte en faveur d'appareils moins gourmands en carburant, Lufthansa a annoncé avoir commandé neuf avions pour ses compagnies Swiss et Eurowings. Cette dernière va se lancer à l'automne sur un créneau original : les vols low-cost long-courrier. "Nous avons besoin de structures concurrentielles", a martelé Carsten Spohr, alors que les gains de son programme de réduction des coûts en cours ont été presque entièrement effacés par le recul de recettes dans la division passagers et des coûts de fonctionnement élevés. Ce programme "ne suffit pas. Nous travaillons à l'étape d'après, les changements structurels", a affirmé le patron.

Estelle Peard

Vendredi 13 Mars 2015



Lu 78 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 14:36 Bombardier livre son premier CS300 à Air Baltic €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse