MSC est "le premier investisseur étranger privé" en France


La commande de quatre nouveaux paquebots géants aux chantiers de Saint-Nazaire fait du croisiériste MSC "le plus important investisseur étranger privé en France depuis des années, en termes de contrats export", a affirmé mercredi 6 avril son directeur exécutif, Pierfrancesco Vago.


Depuis 2003, 12 navires destinés aux croisiéristes ont été livrés ou commandés à STX  © STX
Depuis 2003, 12 navires destinés aux croisiéristes ont été livrés ou commandés à STX © STX
Pourquoi avoir une nouvelle fois choisi Saint-Nazaire ?

La France, l'Italie et l'Allemagne sont les seuls pays pouvant produire des navires complexes de cette qualité, et il est très important que ce savoir-faire de construction navale reste en Europe. Dans l'Hexagone, nous avons trouvé un très bon environnement en ce qui concerne les institutions et les banques, et le gouvernement français a aussi joué un rôle très important pour nous accompagner dans ce partenariat.
Nous avons actuellement 11 navires en commande (8 en France et 3 en Italie, NDLR), ce qui représente un investissement total d'environ 9 milliards d'euros. Et nous sommes ainsi le premier investisseur étranger privé en France depuis plusieurs années, en termes de contrats export.

Quel sera l'impact sur l'économie et l'emploi de cette quadruple commande ?

Dans un monde où l'économie est souvent virtuelle, nous apportons avec ces commandes de l'économie réelle et des emplois, notamment pour les métallos.
Il faut en moyenne trois années pour construire un bateau, et la construction de quatre nouveaux navires représente 37 millions d'heures de travail. Au terme de notre plan d'investissement en 2026, ce sera 70 millions d'heures de travail, soit plus de 3.000 emplois équivalent temps plein sur douze ans en France.
Nous avons également travaillé sur l'impact environnemental pour proposer à bord de ces navires les dernières évolutions technologiques, en termes de traitement des eaux ou encore de récupération d'énergie à partir des déchets, que nous séchons et transformons en une poudre qui est ensuite brûlée pour faire de l'énergie. Pour la première fois aussi, ces paquebots seront propulsés par des moteurs alimentés au gaz naturel liquéfié (GNL).

Pourquoi la croisière plaît toujours plus ? Et comment faire pour se renouveler ?

La demande pour les croisières ne cesse de croître alors que le "tour-opérating" classique ne progresse pas. Ce marché présente de très grandes opportunités, aujourd'hui mais aussi pour demain. Entre 2003 et 2015, nous avons enregistré 85 % de croissance de notre chiffre d'affaires.
Le navire lui-même devient une destination, et chaque jour, les passagers se réveillent dans un pays différent, c'est un vrai concept. Et même avec plusieurs milliers de personnes à bord, on peut trouver de l'intimité sur le bateau.
Sur les navires "Meraviglia Plus" en commande, nous proposerons une grande première avec un musée, où notre objectif est d'exposer les œuvres d'art de grands maîtres, en partenariat avec des grands musées internationaux, dans un lieu sur le bateau spécialement adapté pour limiter l'humidité mais aussi équipé de vitres pare-balles.

François Hollande salue "une belle réussite"

François Hollande a salué mercredi 6 avril "une belle réussite" après la signature à l'Élysée d'un contrat de vente de quatre paquebots de STX France au croisiériste MSC, représentant un montant de près de 4 milliards d'euros et la création de 3.500 emplois directs sur dix ans. "Pour nous, c'est une belle réussite", s'est félicité le président de la République, après avoir dévoilé la maquette d'un des derniers prototypes fabriqués par STX, aux côtés du son directeur général de l'entreprise, Laurent Castaing, et du président exécutif du groupe MSC, Gianluigi Aponte. "Une fierté pour la France", a commenté le Premier ministre, Manuel Valls. François Hollande a également souligné que le contrat pour ces navires, "les plus grands jamais construits en Europe", avait abouti en conjuguant "compétitivité, investissement, recherche et innovation". Il a également fait valoir le rôle de l'État, expliquant que "le gouvernement a mis en place depuis 2012 des financements qui permettent à des chantiers comme celui de Saint-Nazaire et à des entreprises qui sont confrontées à la concurrence internationale, qui sont exposées à la compétition, d'avoir la possibilité de faire la différence". Il a cité à ce titre l'effet bénéfique du crédit impôt recherche (CICR), "sanctuarisé depuis 2012", et celui du CICE (Crédit impôt compétitivité emploi), qui a permis de faire baisser le coût de la main-d'œuvre "sans demander d'efforts aux salariés". François Hollande a aussi annoncé la prolongation pour "une année supplémentaire" du mécanisme de suramortissement. Celui-ci permet d'amortir à 140 % les investissements productifs, ce qui permet donc d'en abaisser le coût, a précisé ensuite son entourage.

Katia Dolmadjian

Jeudi 7 Avril 2016



Lu 269 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse