Macron esquisse un projet de profonde réforme de la SNCF


Emmanuel Macron envisage une vaste réforme de la SNCF, à commencer par la suppression rapide des régimes spéciaux de retraite, un sujet très sensible pour le personnel qui doit aussi se préparer à l'ouverture à la concurrence.


© SNCF
© SNCF
Le président a dévoilé ses ambitions dans un entretien avec des agents SNCF dans la revue interne du groupe, "Les Infos Le Mag", relayé par "Le Monde". Le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a cependant modéré les propos du président dans ce dossier explosif des régimes spéciaux en particulier, assurant qu'il ne s'agissait que de "pistes de réflexion".
Emmanuel Macron défend en effet un projet de transformation profonde. "Nous demandons à la SNCF d'aller plus loin sur les réformes, le statut, la mobilité, le régime de retraite", déclare-t-il dans cet entretien publié dans le numéro de juillet. À court terme, il met l'accent sur la suppression à partir de l'an prochain des régimes spéciaux de retraite, dont bénéficient notamment les cheminots. En échange, il propose que l'État reprenne la dette de la SNCF et accentue les investissements publics vers l'entretien des lignes. La SNCF ploie sous une dette de 44,9 milliards d'euros pour SNCF Réseau et 7,9 milliards pour SNCF Mobilités.

"On veut faire payer la dette du système ferroviaire aux cheminots"


"Ce qui a été acquis dans les régimes passés reste acquis et vous cotisez à un nouveau régime. Je pense que c'est très important, parce que cela va redonner de la confiance dans le système", déclare Emmanuel Macron, évoquant un "top départ" de la réforme mi-2018 ou début 2019. "Pas d'emballement", a tempéré Christophe Castaner, assurant qu'aucun arbitrage n'avait été rendu et qu'il n'existe "aucune annonce particulière ni d'élément de calendrier nouveau". La réforme du régime spécial des cheminots fait partie de "l'ensemble du projet de réforme des retraites" qui fera l'objet "d'une loi cadre présentée à l'été 2018, avec une montée en puissance dans les dix ans", a dit Christophe Castaner.
La ministre chargée des Transports, Élisabeth Borne, a également souligné qu'aucune décision n'avait été prise. Il y aura une "large concertation avec toutes les parties prenantes et bien évidemment les cheminots", a dit Élisabeth Borne, rappelant qu'un haut commissaire serait nommé la semaine prochaine pour mener l'ensemble du projet de réforme des retraites. L'entretien d'Emmanuel Macron émerge à deux semaines du lancement par le gouvernement des Assises de la mobilité, qui doivent aboutir à une loi de programmation début 2018.

"Sauver le soldat SNCF"

Les syndicats n'ont pas tardé à réagir. Pour la CGT-Cheminots, cet article est un "contre-feu allumé afin de détourner les cheminots des sujets d'actualité", à savoir la journée d'action du 12 septembre contre les ordonnances réformant le Code du travail. L'Unsa-ferroviaire a jugé "intellectuellement malhonnête" de mettre "en parallèle le financement du ferroviaire avec les acquis sociaux des cheminots". "Jouer avec ce type de sujets dans le contexte des ordonnances travail et de l'ouverture à la concurrence, c'est risqué", selon Roger Dillenseger. Pour Sud-Rail, "la ficelle est grosse, on veut faire payer la dette du système ferroviaire aux cheminots en cherchant à les culpabiliser sur leur système de retraite, en leur retirant des acquis liés au contrat de travail".
Le président aborde également la fin prochaine du monopole de la SNCF au moment où deux sénateurs ont présenté mercredi une proposition de loi qu'ils espèrent voir débattue avant la fin de l'année. "Je pense que si la SNCF, avec toute la force que vous représentez, sait s'adapter, elle sera le champion de la concurrence. (...) La concurrence va aider SNCF dans les évolutions qui sont déjà en cours", estime Emmanuel Macron. L'Europe prévoit une ouverture à la concurrence le 3 décembre 2019 pour les TER et trains d'équilibre du territoire gérés par les régions et l'État, et à partir du 1er janvier 2019, pour une application effective à partir de 2021, pour les TGV.

Julie Chabanas

Jeudi 7 Septembre 2017



Lu 631 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse