Marfret : le port sec comme solution pour l'Algérie


Marfret est satisfait de sa desserte de l'Algérie, qui s'effectue via le port sec de Mageco. L'armateur marseillais estime que le gain en fluidité et en fiabilité lui a permis de conquérir de nouveaux marchés.


© Franck André
© Franck André
Depuis 2012, Marfret dessert le port sec algérien de Mageco, dans la zone industrielle de Rouïba. La compagnie française assure un départ hebdomadaire de Marseille le vendredi, pour une arrivée le dimanche à Alger. La rotation est assurée par le navire affrété "Waddens", conventionnel à capacités conteneurs (350 EVP). Les boîtes, rapidement évacuées vers la banlieue algéroise, sont dédouanées au port sec, qui propose tous les services douaniers et assure également le dégroupage. Marfret revendique 10.000 EVP envoyés chez Mageco au cours de l'année 2014, en provenance d'horizons divers.

"Les ports secs ont fluidifié le passage portuaire en Algérie"


Amal Louis, la directrice des lignes Afrique du Nord de l'armateur, vante ainsi "une offre multimodale intégrée, qui nous permet de ramener des conteneurs de partout, y compris d'Europe du Nord". La compagnie marseillaise utilise quasi-exclusivement le mode ferroviaire, profitant des liaisons quotidiennes avec Paris et Lyon et hebdomadaires voire plus avec Bordeaux, Toulouse, Strasbourg ou encore Rotterdam.

Potentiel de croissance

"Nous avons un trafic important avec les industriels qui ont le souci d'un passage portuaire rapide et à jour fixe, ce que nous sommes en mesure de leur offrir", explique Amal Louis, qui a constaté un élargissement de sa clientèle depuis que sa compagnie dessert le port sec. "Depuis l'ouverture de cette ligne sur Mageco, nous touchons des clients que nous n'avions pas auparavant". Marfret intervient aussi bien sur les marchés de l'alimentaire que des produits pétroliers ou des produits pharmaceutiques. Pour la chef des lignes nord-africaines, les ports secs ont fluidifié le passage portuaire en Algérie, où les terminaux sont situés à l'intérieur des villes.
Le problème reste, semble-t-il, entier concernant le roulier. Marfret proposait un service ro-ro depuis 2008 mais l'a supprimé l'année dernière, faute de rentabilité. Amal Louis invoque le manque de volumes et la congestion du port de Mostaganem, insuffisamment protégé de la houle. Pour autant, elle croit en l'avenir du transport maritime en Algérie : "La stabilité politique et le développement d'usines et d'infrastructures font qu'il y a encore un potentiel de croissance sur ce marché". D'ailleurs, l'armateur démarre la prospection en Algérie pour sa branche projets industriels Smis (Services maritimes industriels spécialisés), qui propose ce type de transports depuis 2005 sur toutes les lignes de Marfret.

Le conteneur épargné en Tunisie

Concernant la Tunisie, les perspectives semblent plus hasardeuses. Amal Louis évoque les délocalisations d'usines vers les pays de l'Est du fait de l'instabilité qui a suivi la révolution. Des activités génératrices de trafic roulier. Marfret achète des capacités sur les navires de Cotunav et de CMA CGM, ce qui lui permet de proposer trois allers-retours par semaine depuis et vers Marseille, en conteneurs seulement. "Le marché roulier a perdu quelque 21.000 remorques, qui ne se sont pas reportées sur le conteneur, contrairement à la tendance observée en Algérie", selon Amal Louis. Elle assure tout de même que le trafic conteneurisé de sa compagnie a été stable en 2014. De plus, elle peut compter en Tunisie sur un trafic beaucoup plus équilibré : "Nous faisons uniquement du conteneur plein, alors que nous avons 95 % de retours vides sur l'Algérie". Chaque marché a ses particularités.

Franck André

Jeudi 23 Avril 2015



Lu 279 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Octobre 2015 - 16:51 Classements des ports mondiaux

Jeudi 1 Octobre 2015 - 16:51 L'intra-Méditerranée, un grand marché


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse