Marseille : "C'est dans la tempête que l'on reconnaît le marin !", rassure l'AACN


C'est dans un contexte de situation sociale tendue que la communauté portuaire marseillaise s'est retrouvée à l'issue de l'assemblée générale de l'Association des agents maritimes et consignataires de navires de Marseille-Fos (AACN). Amal Louis, sa présidente, reste convaincue que "c'est dans la tempête que l'on reconnaît le marin"...


© MET
© MET
Illustrant son propos avec le blocage de 30 pétroliers en rade de Fos, Amal Louis, la présidente de l'AACN, a déploré le conflit social que subit actuellement le port de Marseille-Fos.
Après les trois années de conflits sociaux vécues de 2008 à 2011 à l'occasion de la mise en place de la réforme des ports, les agents maritimes marseillais ne s'attendaient pas à connaître de nouvelles journées de grève, a-t-elle rappelé. Elle a regretté que "les entreprises soient une nouvelle fois menacées" et que "l'image des ports français soit une nouvelle fois ternie".

Nicolas Gauthier, Amal Louis et Raymond Vidil © Vincent Calabrèse
Nicolas Gauthier, Amal Louis et Raymond Vidil © Vincent Calabrèse
Refusant l'idée de baisser la garde, elle a lancé : "C'est dans la tempête que l'on reconnaît le marin ". Et d'ajouter : "Pour chaque regard jeté en arrière, il faut regarder deux fois vers l'avenir"...
Abordant la conjoncture dans le secteur de la ligne régulière, Amal Louis regrette que "les concentrations et les nouvelles alliances n'aient pas empêché la baisse des taux de fret".
À ses yeux, "la course au gigantisme" dans laquelle les armateurs sont lancés signifie qu'ils ont des arbitrages à faire en matière de ports touchés. Car la fiabilité et la compétitivité demeurent pour eux des enjeux essentiels, insiste-t-elle.

Marseille doit se positionner sur des "axes maritimes majeurs"

Selon elle, le port de Marseille va devoir travailler sur quelques grands sujets pour pouvoir se positionner sur des "axes maritimes majeurs".
Et de citer parmi ceux-ci le passage au tout-numérique, l'environnement portuaire et la massification des flux.
Selon elle, le système informatique marseillais Neptune, le Cargo Community System Ci5 et le Terminal Operating System (TOS) sont autant d'outils de dématérialisation. Elle souligne l'importance de mettre en place un CCS unique au plan national et juge que le TOS constitue un élément-clé de la chaîne logistique. En matière d'environnement portuaire, la présidente de l'AACN martèle : "Le regroupement des services de l'État sur un Point unique de contrôle (Puc) permettrait la fluidité du passage portuaire et de diminuer les coûts".

"Pour chaque regard jeté en arrière, il faut regarder deux fois vers l'avenir"


Autre enjeu qu'elle n'oublie pas de mentionner : la promotion. Elle salue à cet égard Via Marseille Fos (VMF) et le Club de la croisière.
À propos de massification des flux, Amal Louis regrette le non-aboutissement du projet de terminal multimodal de Mourepiane. Déplorant que le rail et le fleuve ne captent respectivement que 8 et 9 % du volume total du port, elle juge à cet égard qu'il aurait "contribué à accroître le report modal en créant des synergies entre les flux internationaux et domestiques".
Sur le dossier corse, elle juge que l'essentiel a été trouvé avec le maintien à Marseille de la desserte maritime de l'île de Beauté.
Alors que la saison de la croisière a déjà démarré, la présidente de l'association des agents maritimes se félicite que le port de Marseille ait intégré le "top 15 mondial" de ce secteur. Elle est convaincue toutefois que des efforts restent à faire quant à l'accueil et le transfert des passagers.
Évoquant enfin le projet de création de ligne Tanger-Marseille, elle affirme que la balle est dans le camp de la Commission européenne. "Elle pourrait voir le jour si nous parvenons à convaincre Bruxelles que la circulation des camions sur les routes espagnoles le week-end est discriminatoire et constitue un frein au développement des lignes maritimes".
Sur ce sujet comme sur bien d'autres, la profession garde le regard posé vers des horizons meilleurs.

Vincent Calabrèse

Vendredi 3 Juin 2016



Lu 665 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse