Marseille-Fos : l’hinterland, un atout pour son développement


Port naturel de Lyon par sa proximité, le Grand Port maritime de Marseille-Fos poursuit la conquête de son hinterland avec, comme arme de persuasion massive, l’agence de développement Medlink Ports dont le nombre d’adhérents et les services ont été étoffés ces derniers mois.


© Medlink Ports
© Medlink Ports
Après Medlink Business et Medlink+, le groupement de plateformes portuaires de l’axe Rhône-Saône-Méditerranée a lancé Medlink Safe afin d’augmenter, avec les meilleures garanties de sûreté et de sécurité, les flux à l’export de conteneurs de marchandises dangereuses sur la voie d’eau. Onze entreprises sont aujourd’hui accréditées Medlink Safe comme HPI, Transcausse, Lam, Flytrans ou Alainé Overseas. "Ce dispositif est un gage supplémentaire de crédibilité sur ce segment sensible de marchandises dangereuses. Les entreprises apprécient évidemment la première nuitée de stationnement offerte à Lyon et à Fos pour les conteneurs pleins. Les relations avec la capitainerie de Fos facilitent aussi au quotidien le travail de chacun", observe Régis Martin, responsable des activités et ports intérieurs et coordinateur opérationnel pour l’agence Medlink Ports. En outre, la mise en place cet été du Règlement local des matières dangereuses du port de Lyon, attendu par les opérateurs, a renforcé la cohérence de l’axe par un partage efficace des informations et un suivi amélioré des marchandises des usines à leur embarquement. Le volume de marchandises dangereuses est faible sur le Rhône avec moins de 4 % des EVP MD. Le groupement ambitionne de faire passer cette part modale à 20 % à terme sur l’axe Rhône-Saône-Méditerranée.

"Le fer et le fleuve, deux moteurs d'intermodalité"


Le ferroviaire poursuit son essor avec 17 navettes par semaine entre Lyon-Terminal ou Lyon-Vénissieux et Marseille-Fos, en incluant Ferovergne qui continue sur Clermont-Ferrand.
Le GPMM est desservi par huit opérateurs combinés dont six ferroviaires (Naviland, Ferovergne, T3M, BDRS, Modal’Ouest, Railiner pour la connexion inter-bassins), un opérateur fluvial, Logirhône et Greenmodal, qui traite les deux modes. BDRS a lancé cette année une liaison Fos-Chalon et Modal’Ouest un Fos-Niort, deux liaisons opérées deux fois par semaine "et qui sont sur des dynamiques positives", observe Fabienne Margail, chef du département Hinterland du GPMM.
À propos du lancement, le 25 octobre, d’une navette ferroviaire Lyon-Zeebrugge, il s’agit certes "d’un appel d’air vers le Nord" mais aussi, pourquoi pas, "d’une opportunité de continuité de parcours entre le Nord et le Sud dans une logique de complémentarité, de «land bridge» de mer à mer". Mais la proximité est bien l’atout majeur entre Marseille-Fos et Lyon. À fin septembre d’ailleurs, l’hinterland terrestre ferroviaire de Marseille-Fos a crû de 6 % en volume par rapport à la même période de l’an dernier. L’Union maritime et fluviale étudie une interface avec la gouvernance du corridor n° 2/Axe mer du Nord-Méditerranée, pour étendre ce corridor et y insérer une liaison Fos-Genève, pour une entrée de la Suisse romande par le Sud pour des opérateurs qui profiteront de la haute performance des sillons sur ces corridors de fret européen.
Le fer est un vecteur de consolidation et d’extension donc de conquête et le fleuve est un vecteur de différenciation face à la concurrence, deux moteurs d’intermodalité pour aller plus loin dans une dynamique globale de développement.
Après une réunion, le 17 novembre à Villefranche-sur-Saône, entre membres permanents et partenaires de Medlink Ports concernant le renforcement de l’offre de services et l’ouverture à la multimodalité puis la venue des autorités portuaires phocéennes à Lyon, le 7 décembre, suivie d’une rencontre programmée le 13 décembre sur le conventionnel et les colis lourds, une année riche s’achèvera pour Medlink Ports. L’assemblée générale de Medlink Ports aura lieu fin janvier, à Marseille.
Le GPMM a enfin mis en place récemment des Ateliers de concertation ferroviaire à l’attention des opérateurs ferroviaires, tractionnaires, gestionnaires d’infrastructures, manutentionnaires pour, d’une part, fluidifier encore davantage l’accès au port pour les trains pour permettre le développement des navettes et, d’autre part, pour définir des actions commerciales et de marketing communes afin d'accroître les dessertes en national et en international.

Annick Béroud

Lundi 5 Décembre 2016



Lu 1323 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse