Marseille-Fos mise sur le fer pour la conquête de son hinterland


À l'aube de la composition de la nouvelle Commission européenne, l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos (UMF) mise sur un corridor ferroviaire efficace pour connecter le port phocéen à l'Europe du Nord. Selon Jean-Philippe Salducci, son président, l'objectif de la place portuaire est d'aller "beaucoup plus vite et beaucoup plus loin" dans sa recherche de solutions pour adosser Marseille-Fos à un hinterland élargi.


Dominique Tian, premier adjoint au maire de Marseille, Jean-Philippe Salducci, président de l'UMF, et Christine Cabau Woerhel, présidente du directoire du GPMM  © Vincent Calabrèse
Dominique Tian, premier adjoint au maire de Marseille, Jean-Philippe Salducci, président de l'UMF, et Christine Cabau Woerhel, présidente du directoire du GPMM © Vincent Calabrèse
Pour l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos (UMF), le travail de lobbying vis-à-vis de l'Europe commence. La fédération qui défend les intérêts des professionnels de la communauté portuaire marseillaise a retenu Arcturus Group pour se faire entendre auprès de Bruxelles et conduire la bataille européenne du rail. Jugeant que le port de Marseille avait été le grand oublié en matière ferroviaire, son président, Jean-Philippe Salducci, estime que, si le port phocéen bénéficie d'une progression à deux chiffres (avec, en perspective, 2 à 3 millions d'EVP sous peu), il va devoir évacuer ces volumes vers son hinterland.
À l'occasion de l'assemblée générale de l'UMF, il a rappelé que, contrairement à l'Europe du Nord où les ports souffrent toujours d'un phénomène de saturation, Marseille-Fos, qui n'a pas la vocation à traiter des volumes de transbordement, n'en est pas victime. Du côté maritime, insistant sur "le rôle-clé de la Méditerranée", il juge que "la reconquête s'effectuera par le canal de Suez et par Gibraltar". En matière de desserte, "à l'aube de la nouvelle Europe, et dans l'objectif d'élargir l'hinterland, nous avons décidé d'aller beaucoup plus vite et beaucoup plus loin dans la recherche de solutions", explique-t-il.

Opération de lobbying auprès de Bruxelles

L'UMF a donc donné comme objectif au cabinet Arcturus, dans le cadre d'une mission de "valorisation de la place portuaire marseillaise", de trouver une liaison avec la Suisse donnant accès à l'Europe du Nord.
Or, le corridor n° 2 devrait s'avérer la meilleure solution puisqu'il privilégie le Sud de la Suisse et permet le contournement de Lyon.
Une "fiche stratégique" sera remise en juillet au gouvernement, indique Jean-Philippe Salducci, ajoutant que l'État assurera le relais auprès de la nouvelle Commission européenne. Il estime que l'opération de lobbying doit correspondre au calendrier européen.

"Le port n'est rien sans le territoire"


L'attrait de la place portuaire marseillaise pour les corridors ferroviaires européens reste fort car ceux-ci permettent des connexions avec l'hinterland lointain. Selon le président de l'UMF, qui reprend l'étude du cabinet Arcturus, ces corridors constituent "un investissement modeste". Ils représentent surtout "une démarche administrative" auprès de l'Union européenne dont le port de Marseille avait été un "oublié".
Parmi les dossiers en suspens de la place portuaire locale, il semblerait que le dossier de la future ligne ro-ro Marseille-Tanger avance à grand pas. Les tractations avec l'armateur italien MedCross Lines se poursuivent. Reste à savoir si ce sera cette compagnie basée à Venise qui lancera le service dès le troisième trimestre avec deux rotations par semaine assurées par des navires filant à plus de 20 nœuds....
Quant au sabordage du P3 par le ministère du Commerce chinois (MofCom), il est un peu tôt pour savoir quelles seront les incidences pour le terminal à conteneurs de Fos comme pour de nombreux ports européens ayant pour vocation les échanges conteneurisés Est-Ouest.

Vincent Calabrèse

Vendredi 20 Juin 2014



Lu 764 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 14:49 L’AMCF présente sa feuille de route


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse