Marseille-Fos, une alternative aux ports du Nord de l'Europe


Quatre mois après la tenue de l'assemblée générale annuelle de l'UMF, son président, Jean-Philippe Salducci, se dit rassuré sur l'avancement de quelques dossiers. Si certains sont en passe de trouver une solution, d'autres suscitent toujours une certaine inquiétude de la part de la communauté portuaire.


Jean-Philippe Salducci, président de l'UMF © Vincent Calabrèse
Jean-Philippe Salducci, président de l'UMF © Vincent Calabrèse
Le président de l'Union maritime et fluviale de Marseille-Fos se dit convaincu que l'ADN de l'UMF est d'être "un catalyseur au service de l'emploi et de la richesse". Selon lui, "le graal du port de Marseille-Fos est d'être connecté à la mer et à la marchandise". En outre, il reste persuadé que son atout majeur est de représenter "une alternative aux ports du Nord de l'Europe".

L'atout du nouveau canal de Suez

Autre atout, à ses yeux, une position géographique qui lui permet de "raccourcir les distances vis-à-vis de ces mêmes ports". À ses yeux, les travaux réalisés dans le canal de Suez qui viennent d'être achevés ont renforcé cette position.
Après avoir de nouveau évoqué les notions de triconnectivité et de quadrimodalité (fer, route, fleuve et pipeline) auxquelles il est attaché, Jean-Philippe Salducci aborde le dossier du projet de comblement de la "rotule" située entre les terminaux de Seayard et d'Eurofos. Il se félicite qu'il soit inscrit au plan stratégique du GPMM. Il espère qu'il verra le jour rapidement car, selon lui, il devrait accroître la productivité des installations conteneurisées de Fos.

"RTE : le nouveau tracé doit être encore revu"


Quant au travail fourni par la place portuaire pour améliorer les liaisons ferroviaires du port de Marseille avec son hinterland, le président de l'UMF, chantre de la "triconnectivité" (route, fer et fleuve), souligne : "Nous continuons de travailler sur l'inclusion du port de Marseille dans le réseau de transport transeuropéen (RTE-T)". Il rappelle que le port de Marseille propose pour la Suisse deux accès ferroviaires (un accès Nord via Strasbourg et un accès Sud). Selon lui, le port phocéen doit devenir le port Sud de l'Allemagne via Strasbourg également.
"Aujourd'hui, les dossiers avancent sur les deux tableaux. Nous avons été reçus par l'Élysée et par les autorités suisses", souligne-t-il.
Du côté des hydrocarbures, dans le cadre de la "reconversion du site de la Mède", il existe "une synergie entre les acteurs du stockage de raffinés", commente-t-il, à savoir le GPMM, Fluxel et les autres acteurs.
Quant à la desserte routière de la ZIP de Fos, le président de l'UMF souligne l'impérieuse nécessité de réaménager le carrefour de la Fossette et de trouver les infrastructures destinées à accompagner la croissance du trafic conteneurisé de Fos.
Si les inquiétudes du président de l'UMF se modèrent sur les dossiers du pétrole et des liaisons ferroviaires avec l'hinterland, il reste soucieux sur la diminution du nombre de postes de mouillage à l'Est du golfe de Fos dans le cadre du projet de RTE (filiale d'EDF) consistant à vouloir placer des câbles sous-marins sur la zone. Jean-François Salducci juge sans appel : "Cela reviendrait à supprimer le parking d'un supermarché !" Il indique que, suite à des rencontres avec la préfecture de Méditerranée (Premar) et avec la Dreal, le tracé initial a été revu. Selon lui, le nombre de postes de mouillage perdus est moins important. Il déplore toujours de ne pas obtenir gain de cause auprès des autorités qui préfèrent à ses yeux "privilégier les fonds marins (le corail) au détriment des emplois portuaires du port de Marseille-Fos".
Autre sujet de préoccupation pour le président de l'UMF, le dossier brûlant de la SNCM. Il espère qu'une "solution à long terme" se dégagera pour "les professionnels des deux rives", à savoir un projet comportant "une aide sociale la plus allégée possible".
Il souhaite que le candidat qui sera retenu "saura garantir sur le long terme le maintien du pavillon français" et souhaite que "le projet ne connaîtra pas d'inflation sociale". "Il faut que la surenchère sur l'emploi soit réaliste pour permettre une viabilité sociale à long terme", a insisté Jean-Philippe Salducci.

Vincent Calabrèse

Jeudi 29 Octobre 2015



Lu 203 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 29 Octobre 2015 - 15:14 CMA CGM : déjà 15 ans pour les lignes NAF !


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse