Marseille-Provence devient une place forte du fret express


L'activité de fret de l'aéroport Marseille-Provence a franchi un nouveau pallier en 2016 avec le lancement de plusieurs nouveautés sur le segment de l'express.


DHL a inauguré sa nouvelle chaîne de tri au début de l'année © Franck André
DHL a inauguré sa nouvelle chaîne de tri au début de l'année © Franck André
À la fin septembre, l'aéroport Marseille-Provence a traité 41.503 tonnes de fret avionné, pour une croissance de 7,7 %. L'express, qui fournit la quasi-totalité des volumes, a crû de 9,5 % sur la période (37.497 tonnes). L'aéroport s'apprête à battre son record annuel (53.345 tonnes). Il va atteindre pour la première fois de son histoire les 55.000 tonnes de fret avionné et les 50.000 tonnes de fret express.

Le pôle express s'affirme

Cette progression est conforme aux attentes, la plateforme ayant bénéficié de plusieurs développements en début d'année.
Ainsi, en janvier, DHL a transféré officiellement son hub pour l'Algérie de Barcelone à Marseille. Dans le même temps, l'expressiste a triplé la capacité de sa plateforme – avec un doublement de sa surface et une nouvelle chaîne de tri automatisée – puis a commencé à traiter les trafics de la région niçoise sur son site de Marseille-Provence. Ces nouveautés ont aidé DHL à devenir le deuxième opérateur express de l'aéroport provençal. Il affiche une progression de 17 % sur les neuf premiers mois de l'année (10.780 tonnes).
De son côté, le numéro un de la plateforme, Chronopost, a consolidé sa position en doublant sa capacité depuis et vers Rennes, le hub du Grand Ouest. L'opérateur français a traité 15 % de volumes en plus au cours des trois premiers trimestres, à 11.393 tonnes.

"Cette croissance confirme notre position de hub express méditerranéen"


Marseille-Provence restera en 2016 deuxième aéroport de province, devant Lyon et derrière Toulouse, qui profite du fret constructeur d'Airbus. Pour Jean-Marc Boutigny, le responsable fret de l'aéroport, "cette croissance confirme notre position de hub express méditerranéen, notre rôle de lien entre les régions du Sud et la Corse, Malte, la Tunisie et l'Algérie".

Turkish Airlines lâche du lest

Côté fret traditionnel, la tendance est inverse puisque les volumes ont diminué de 7 % (4.006 tonnes). Les causes sont multiples. Air Corsica (- 7 %, 1.420 tonnes) a diminué la taille de ses avions depuis juin. Un ajustement de flotte de la part de Royal Air Maroc a réduit à néant son trafic d'août (- 30 % en cumul, 144 tonnes). Enfin, Turkish Airlines, en plein marasme après les attentats d'Istanbul et la tentative de coup d'État de cet été, a vu sa forte progression s'arrêter net, affichant même un recul de 9,4 % à fin septembre. La compagnie fait machine arrière et va réduire sa fréquence sur Marseille de 10 à 5 vols hebdomadaires.
Au contraire, Air Algérie, le numéro un du fret traditionnel à Marseille (1.504 tonnes), a progressé de 3 %, avec un trafic et des destinations toujours variés : produits pharmaceutiques, matériel de forage, poissons et crustacés, etc.
Une nouvelle compagnie aérienne tunisienne a annoncé son projet de se poser à Marseille dès 2017. Express Air Cargo, qui a obtenu son agrément début octobre, affiche même l'ambition de faire de sa base d'Enfidha le nouveau hub du fret africain de et vers l'Europe.
Devant les doutes quant à la capacité de cette jeune société à atteindre de tels objectifs, Jean-Marc Boutigny se veut optimiste : " Express Air Cargo est représentant d'UPS en Tunisie et a le soutien du ministère tunisien des Transports, c'est donc qu'il présente les garanties requises. La Tunisie est notre premier partenaire fret. Nous suivons donc les développements de cette compagnie avec attention et nous souhaitons sa réussite".
Plus concrètement, Marseille-Provence s'apprête à accueillir de juin à octobre 2017 la compagnie Air Canada. Ses trois vols hebdomadaires de et vers Montréal lui offriront ce que ne lui permet pas la liaison "point à point" d'Air Transat. "Le réseau d'Air Canada nous ouvre l'Amérique", estime Jean-Marc Boutigny. Le fret en provenance des États-Unis (notamment pétrolier et pharmaceutique) destiné au Sud de la France ou transitant par l'aéroport de Marseille "pourra être avionné de bout en bout au lieu d'être camionné lorsqu'il passe par un hub européen".
De nouvelles opportunités pour les chargeurs et une nouvelle piste de croissance pour la plateforme.

Franck André

Mercredi 19 Octobre 2016



Lu 895 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse