Marseille : les hydrocarbures soutiennent le trafic


Avec un trafic de 88,2 millions de tonnes, le Grand Port maritime de Marseille (GPMM) a enregistré en 2011 une progression de 3 % qu'il doit aux hydrocarbures. Malgré l'achèvement de la réforme, le retour de la paix sociale et une amélioration de la productivité, les marchandises diverses sont en retrait de 1 %.


De g. à dr. : Jean-Claude Terrier, directeur général du GPMM, Patrick Daher, président du Conseil de surveillance, Marc Reverchon, président du Conseil de développement et Hervé Balladur, président de l’Union maritime et fluviale de Marseille-Fos. © V.J.C.
De g. à dr. : Jean-Claude Terrier, directeur général du GPMM, Patrick Daher, président du Conseil de surveillance, Marc Reverchon, président du Conseil de développement et Hervé Balladur, président de l’Union maritime et fluviale de Marseille-Fos. © V.J.C.
«La progression de 3 % nous place en bon rang. Nous sommes avec Dunkerque le seul Grand Port maritime français à avoir enregistré une progression», se félicite le directeur général du GPMM, Jean-Claude Terrier. S'il reconnaît que la croissance a été portée par les hydrocarbures, qui ont progressé de 8 % pour s'établir à 59,5 millions de tonnes en dépit des difficultés du raffinage en Europe, il reconnaît que les marchandises diverses, à 15,6 Mt, en léger retrait de 1 % par rapport à 2010, et les vracs solides, en baisse de 17 % à 9,8 Mt, ont été pénalisés par la crise.
À propos des hydrocarbures, il rappelé que l'année a été marquée par la fermeture de la raffinerie de Reichstett et la « mise sous cocon » de LyondellBasel et la croissance soutenue du GNL. Quant aux autres liquides, Jean-Claude Terrier souligne le retrait des biocarburants.

"La barre du million d'EVP pas atteinte"


Concernant les diverses, il note en revanche les bénéfices de la réforme qui a permis une amélioration de la compétitivité des terminaux des deux bassins mais constate les effets de la crise économique. Le trafic conteneurisé n'a pas atteint la barre du million d'EVP. Il a terminé l'année sur une activité de 945.000 EVP à cause des derniers mouvements sociaux du début de l'année et de la crise.
En matière de ro-ro, la direction de l'établissement a relevé une progression de 2 % du nombre de remorques due au «dynamisme des trafics vers la Corse» et constate que le Printemps arabe a eu moins d'impact que le ralentissement économique du second semestre.
Les vracs solides, pour leur part, ont souffert, selon le président du directoire du port, de la chute de la demande européenne et de l'arrêt d'un haut-fourneau. Il souligne la bonne campagne céréalière qu'a vécue le port sur le terminal des Tellines et la baisse des entrées de houille pour la centrale régionale de Gardanne.
Enfin, le trafic passagers, de son côté, s'est élevé à 2,3 millions de voyageurs, soit 13 % de plus qu'en 2010. Le GPMM attribue cette tendance à la bonne tenue du trafic corse, à la croissance continue de la croisière mais aussi à l'impact sensible du Printemps arabe sur le trafic avec le Maghreb. Abordant la desserte du port avec son hinterland, Jean-Claude Terrier mentionne que près de 10 % du trafic conteneurisé a emprunté en 2011 la voie d'eau. Il ajoute qu'une sixième rotation hebdomadaire sur le Rhône a été créée pour répondre à la demande de Leroy Merlin.
En matière ferroviaire, il souligne que le trafic conteneurisé a progressé de 0,4 % pour s'établir à 80.000 EVP. Il fait état des trois nouveaux services (Aproport, Dunkerque et Rennes) et des améliorations de liaisons dont Ludwigshafen (Allemagne). Quant au pôle réparation navale, le GPMM indique que 14 navires ont été traités dans les formes 8 et 9 en 2011.

CA en retrait dû à la sortie de l'outillage

L'établissement a enregistré l'année dernière un chiffre d'affaires de 154 M EUR. La baisse de 12 % par rapport à 2010 est attribuée à la réforme qui a reconfiguré, avec le transfert de l'outillage vers le privé, le périmètre de facturation de l'établissement. De plus, Jean-Claude Terrier rappelle que le port a réalisé au cours de l'année 41 M EUR d'investissements.
Abordant les perspectives 2012, pour ce qui concerne les bassins Est, le GPMM a dévoilé : «Pour la forme 10, nous sommes en négociation exclusive avec un groupement de sociétés», composé de Chantier naval Marseille (CNM), STX France, San Giorgio Del Porto et Mariotti. Le directeur du port précise que la signature d'un contrat pourrait intervenir dès le mois de mars pour mise en service en 2014. «Ceci est une manière de consolider l'activité croisière», a-t-il ajouté, soulignant que la forme 10 peut offrir des alternatives aux grands opérateurs du secteur qui ont besoin d'avoir accès à des outils de ce type». Toujours à Marseille, le GPMM donnera en avril le résultat de l'appel d'offre lancé en 2011 pour le terminal de transport combiné de Mourepiane, lequel pourra traiter des trains de 1.000 m.
Dans les bassins Ouest, la direction de l'établissement attend avec impatience la montée en puissance de la capacité de Fos 2XL avec le démarrage des terminaux dans leur configuration définitive dès le mois de mars. Les trois portiques du GPMM vont en effet rejoindre en février les deux nouveaux reçus récemment par Seayard.
Du côté logistique, Jean-Claude Terrier a indiqué qu'un appel à projets pour la création d'un pôle froid de 50.0000 à 70.000 m2 serait lancé sur la zone de La Feuillane. Et de rappeler que les implantations de Maisons du monde de Distrimag-Mattel, Geodis et Mediaco en 2011 ont permis de créer 250 emplois. L'établissement portuaire prévoit de dépasser cette année de 50 M EUR son programme d'investissement par rapport à 2011.

Vincent Calabrèse

Vendredi 27 Janvier 2012





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 31 Janvier 2012 - 12:16 Sète poursuit sa route

Lundi 30 Janvier 2012 - 16:19 Moins de pétrole au GPMB


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse