Mer de Chine : Pékin promet une "réponse déterminée"



Ces dernières années, Pékin a mené de gigantesques travaux de remblaiement de la terre dans l'archipel très disputé des Spratleys, l'un des principaux groupes d'îles de cette mer, situé pour partie dans la ZEE philippine © CSIS
Ces dernières années, Pékin a mené de gigantesques travaux de remblaiement de la terre dans l'archipel très disputé des Spratleys, l'un des principaux groupes d'îles de cette mer, situé pour partie dans la ZEE philippine © CSIS
La Chine a promis jeudi 14 juillet une "réponse déterminée" en cas de "provocation" après la sentence internationale invalidant ses prétentions en mer de Chine méridionale, au moment où Manille lui enjoignait de respecter cette décision. Pékin a réagi avec fureur au jugement rendu mardi 12 juillet de la Cour permanente d'arbitrage (CPA) de la Haye, martelant qu'elle ne respecterait pas la décision d'une instance qu'elle considère illégitime. "Si quelqu'un souhaite mener un acte de provocation contre les intérêts de sécurité chinois sur la base de cette sentence, la Chine répondra de façon déterminée", a lancé Lu Kang, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Pékin revendique la quasi-totalité de cette mer, soit 2,6 millions de km2 - sur un total de plus de 3 millions -, et se fonde pour cela sur une délimitation en "neuf pointillés" apparue sur des cartes chinoises des années 1940. La Chine argue qu'elle est la première à avoir découvert, donné un nom et exploité cette région stratégique militairement comme économiquement (plus de 4.500 milliards d'euros de fret y transitent chaque année). Mais la CPA a jugé que les "droits historiques" revendiqués par la Chine dans "la ligne en neuf traits" n'avaient "aucun fondement juridique". Elle a également dit que Pékin avait violé les "droits souverains" des Philippines dans leur zone économique exclusive (ZEE), c'est-à-dire dans les eaux allant jusqu'à 200 milles marins de leurs côtes. La Chine a empêché les Philippines d'y pêcher et d'y explorer les ressources en hydrocarbures, tout en construisant des îles artificielles.

Benjamin Carlson et Ayee Macaraig

Mardi 19 Juillet 2016



Lu 200 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse