Mise en route difficile pour le terminal multimodal au Havre


Équipement considéré comme stratégique pour l’avenir par les autorités portuaires, le terminal multimodal du Havre connaît de sérieuses difficultés de mise en route. Plusieurs fois reporté, le démarrage de son exploitation l’est une nouvelle fois après des tests catastrophiques. Inquiétant pour un investissement de près de 140 millions d’euros.


© GPMH
© GPMH
Quand en mai 2013, Frédéric Cuvillier, alors secrétaire d’État aux Transports, vient au Havre symboliquement poser la première pierre de la plateforme multimodale, il ne manque pas de vanter «l’exemplarité» du projet. Il le cite même comme l’un des piliers de sa politique de relance portuaire. Sa mise en service est alors annoncée pour un an plus tard. Mais les nuages commencent à s’amonceler. D’abord, d’ordre social. Les ouvriers-dockers CGT exigent une présence forte sur le terminal. Le surcoût est pris en charge par le Grand Port maritime (GPMH). Puis, de mois en mois, la date de l’inauguration recule. On parle alors de problèmes dans la signalétique ferroviaire. Parallèlement, la société LHTE (Le Havre Terminal Exploitation)*, censée réunir tous les opérateurs de transport combiné déjà présents au Havre et programmée pour exploiter le terminal, tarde à se constituer et peine à tout le moins à se doter d’un président. Au printemps dernier, Hervé Martel, président du directoire du GPMH, se veut optimiste tout en reconnaissant des retards à l’allumage. «Il y a beaucoup d’intervenants dans ce dossier. Chacun cherche à se positionner au mieux. Mais à moyen terme, cet équipement sera gagnant pour tous. Son inauguration sera l’événement de l’année. Pour nous, c’est un enjeu majeur, essentiel», déclare-t-il. À la fin du mois de juin et au début du mois de juillet, des essais se déroulent avec de premiers trains. Qui se traduisent par l’égarement de conteneurs. En plein cœur de l’été, le GPMH et l’union maritime et portuaire (Umep) publient conjointement et discrètement un communiqué. On peut y lire qu’un audit a été lancé «qui devrait déboucher d’ici quelques semaines sur un calendrier assorti de modalités précises de reprise». Interrogé début septembre lors de l’assemblée générale de l’Umep, le très expérimenté Charles Masse, qui a mené d’autres chantiers similaires et a porté la maîtrise d’ouvrage du projet pour Projénor (groupe Crédit Agricole), use d’une métaphore ravageuse : «J’ai livré une Ferrari à des gens qui n’ont pas le permis de conduire». Président de LHTE, Christophe Régnier n’entre pas dans la polémique. Il évoque de nouveaux essais de manutention, avec des barges fluviales cette fois, calés pour fin septembre. Et il espère «un démarrage opérationnel le plus tôt possible».

"La multimodalité constitue un élément capital du développement dans les ports"


De son côté, Antoine Berbain, directeur délégué du GIE Haropa Ports de Paris Seine Normandie, rappelle que les entreprises constituant LHTE ont participé à la conception de l’outil et insiste : «La multimodalité et ce type de solutions industrielles constituent un élément capital du développement dans les ports». «Ce type d’équipement nécessite une période de rodage mais montera en puissance progressivement. À terme, il contribuera à des gains de compétitivité pour la marchandise et l’ensemble de la chaîne logistique», affirme-t-il. Pour rappel, l’investissement pour ce terminal, dont les dessertes ont été financées par le GPMH à hauteur de 42 millions d’euros, s’est monté à 136,9 millions d’euros, hors investissements de l’exploitant. Dont plus de 70 millions d’argent public (État, Europe, Conseil régional, agglomération du Havre et GPMH).

* Naviland Cargo, Novatrans, Green Modal et Logiseine

Vincent Rogé

Lundi 28 Septembre 2015



Lu 181 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse