Mory Ducros : 1.900 emplois sauvés dans l'offre la plus large


Les représentants du personnel du transporteur de colis Mory Ducros ont été informés jeudi 9 janvier, à l'occasion d'un comité d'entreprise, du détail des offres de reprise du groupe, en redressement judiciaire, l'actionnaire principal proposant de sauvegarder 1.900 emplois sur 5.000.


Arcole Industries propose de reprendre 1.900 salariés de Mory Ducros © Mory Ducros
Arcole Industries propose de reprendre 1.900 salariés de Mory Ducros © Mory Ducros
Arcole Industries, principal actionnaire du groupe, propose de reprendre 1.900 des salariés de Mory Ducros. "L'offre porte sur 1.900 salariés en tout, dont 1.754 pour l'entreprise et le reste pour ses filiales", a indiqué un porte-parole du groupe alors que s'ouvrait le comité d'entreprise (CE) destiné à informer les salariés.

Quatre offres de reprise confirmées

Selon la CFDT, les trois offres supplémentaires, en sus de la proposition provenant d'Arcole Industries, concernent au total 400 à 500 salariés, sans plus de précisions. "On est loin des 2.000 annoncés. Ça fait vraiment, vraiment pas beaucoup", a commenté Fabian Tosolini, secrétaire national CFDT transports. Si les offres complémentaires portent sur des agences différentes de celles que propose de reprendre Arcole, davantage d'emplois pourraient être préservés, avait estimé la CFDT, à la veille du comité d'entreprise.
D'autre part, parmi les trois clauses suspensives qui rendraient l'offre caduque si elles n'étaient pas respectées, Arcole Industries demande que les salariés s'abstiennent de toute mobilisation sociale d'ici le 31 janvier, date à laquelle le tribunal de commerce doit se prononcer sur les offres de reprise, selon la CFDT. Arcole Industries exige, en outre, que l'entreprise conserve au moins 80 % de son chiffre d'affaires actuel, a précisé Fabian Tosolini. Ces deux clauses sont "difficilement tenables", a-t-il estimé, celle concernant l'absence de mobilisation sociale étant, selon lui, comme "une prise d'otages des salariés". "C'est intolérable", a-t-il ajouté. Depuis la mise en redressement judiciaire, "les salariés ont fait le travail la boule au ventre... mais ce qu'ils ont fait n'aura pas été suffisant", a-t-il commenté.
De son côté, Patrice Clos, secrétaire général de la Fédération FO/UNCP Transports, avait estimé mercredi que Mory Ducros n'était "viable que s'il a un réseau sur le territoire." "Est-ce que le juge va accepter que la société qui a déposé le bilan reprenne ? C'est un autre souci", avait souligné Patrice Clos. "Nous, on acceptera la solution la meilleure pour les salariés. Maintenant, est-ce qu'on a confiance en Arcole pour la reprise ? La réponse est non", avait-il déclaré.

"Une reprise par l'actuel actionnaire, un souci"


Les pouvoirs publics ont indiqué qu'ils soutiendraient "les offres dont l'envergure est nationale" par le biais de "financements complémentaires", a rappelé Arcole Industries, spécialisé dans la reprise de sociétés en difficulté. De plus, selon le gouvernement, "l'État entend mettre en œuvre, en lien avec les partenaires sociaux, un dispositif spécifique exceptionnel pour permettre à chacun des salariés dont l'emploi serait supprimé au terme de cette procédure de retrouver un emploi au plus vite".
Une fois communiquées aux instances représentatives du personnel, les offres de reprise seront soumises à une période dite d'amélioration qui permet aux repreneurs de modifier au mieux leurs propositions. Puis, le 31 janvier, le tribunal de commerce devra rendre sa décision. Il a assorti son placement en redressement judiciaire d'une période d'observation de six mois.
Numéro deux français du transport de colis, Mory Ducros a perdu 79,5 millions d'euros lors de son dernier exercice, qui a duré exceptionnellement seize mois et s'est achevé le 31 décembre 2012, pour un chiffre d'affaires de 765,5 millions.
Sa dette d'exploitation s'élève à 202,7 millions d'euros mais le groupe dispose d'une trésorerie positive de 65 millions d'euros et 140 millions de créances clients, soit un encours positif de 205 millions d'euros qui compense la dette d'exploitation, selon la direction de Mory Ducros.

Dominique Simon

Jeudi 9 Janvier 2014



Lu 69 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse