Mory Ducros : Arcole menace de retirer son offre


Arcole Industries "menace de retirer son offre" de reprise du transporteur Mory Ducros si quelques agences ne mettent pas fin à leur grève, ont affirmé lundi 27 janvier la CFDT et la CGT, des "fausses rumeurs", selon l'entreprise qui "regrette" néanmoins ces actions.


Une quinzaine d'agences du transporteur Mory Ducros étaient perturbées mardi par des actions de grève © Mory Ducros
Une quinzaine d'agences du transporteur Mory Ducros étaient perturbées mardi par des actions de grève © Mory Ducros
Arcole menace de retirer son offre face aux grèves chez Mory Ducros, selon la CFDT et la CGT. Les deux syndicats ont fait état d'un "chantage" suite à des mobilisations dans la matinée de salariés dans des agences vouées à fermer, notamment au siège de Gonesse (Val-d'Oise), Tours, Rennes et Libercourt (Nord-Pas-de-Calais). Depuis, des débrayages spontanés ont également été recensés par la CFDT à Lorient, Annecy, Périgueux et Épinal.
"La CFDT a été alertée qu'Arcole Industries menace de retirer son offre si l'ensemble des mouvements n'est pas suspendu", indique la CFDT-Transports, à quelques jours de l'examen par le tribunal de commerce de l'offre d'Arcole, qui propose de conserver 48 agences, environ la moitié, et 2.150 emplois sur plus de 5.000. "Ce chantage à l'emploi n'est pas acceptable", poursuit ce syndicat. Selon Jérôme Vérité (CGT-Transports), "si à 14 h 30, l'activité n'a pas repris sur les sites, Arcole menace de retirer son offre". "On n'acceptera pas ce chantage", a-t-il ajouté.

Conditions suspensives

Dans son offre, l'actionnaire principal du transporteur en difficultés avait posé plusieurs conditions suspensives, et notamment que les salariés s'abstiennent de toute mobilisation sociale d'ici le 31 janvier. "Ce sont de fausses rumeurs, il n'y a eu aucune interpellation d'Arcole, l'offre tient toujours", a affirmé une source proche de la direction de Mory Ducros et de son actionnaire. "Arcole regrette néanmoins les mobilisations ponctuelles et souhaite que toutes les parties prenantes s'engagent en faveur de cette solution de reprise pérenne qui permet de sauver 2.150 emplois au sein du groupe", a ajouté la source. La reprise, a-t-elle estimé, "n'a de chance de réussir que si Mory Ducros ne perd pas ses clients actuels. Il est donc essentiel d'assurer une qualité de service irréprochable pendant cette période transitoire avant que l'offre soit validée puis après sa validation".

"Arcole propose de conserver 2.150 emplois"


Le tribunal de commerce de Pontoise doit examiner vendredi 31 janvier l'offre d'Arcole et celle, plus réduite, du transporteur Malherbe. La décision devrait être mise en délibéré. Les deux autres projets, très partiels, ont été écartés par l'administrateur judiciaire. Un nouveau CE sera parallèlement organisé jeudi 30 janvier.
Le siège de Gonesse (360 salariés) est "à l'arrêt complet depuis 9 h 30. Aucun semi-remorque ne sort", bloqué par des salariés "insatisfaits du plan de reprise" et des 7.000 euros d'indemnités supra légales de licenciement offertes, des "miettes", selon Eddy Ludwikowski, représentant du personnel (CGT). Dans le Nord-Pas-de-Calais, les agences d'Arras et Lesquin sont bloquées par des salariés, dont certains venus de l'agence de Libercourt, condamnée à la fermeture dans le projet d'Arcole, a indiqué un élu du personnel CFDT, qui précise que son syndicat n'en est pas à l'initiative : "Ce sont les employés". Enfin, "la quasi-totalité des conducteurs et des manutentionnaires" de l'agence de Rennes (Saint-Jacques) étaient en grève, mais sans blocage. "Les salariés ont subi un traumatisme en apprenant la fermeture de leur site avant même que le CE ne se réunisse. Ils ne se sentent plus en état de travailler", a expliqué Mickaël Guignet, délégué syndical CFDT. Sur le site de Saint-Pierre-des-Corps (Indre-et-Loire), un "débrayage" sans blocage a été signalé par un salarié.

AFP

Mardi 28 Janvier 2014



Lu 112 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse