MoryGlobal : offre légèrement améliorée du groupe Malherbe


Le groupe de transport Malherbe, intéressé par la reprise partielle de l'entreprise en difficulté MoryGlobal, a revu son offre très légèrement à la hausse, proposant d'embaucher 141 salariés contre 128 initialement et sur 2.200 au total.


Mory Ducros, ex-numéro 2 français du transport de colis © MoryGlobal
Mory Ducros, ex-numéro 2 français du transport de colis © MoryGlobal
Le groupe Malherbe a légèrement amélioré son offre sur MoryGlobal, ont déclaré lundi 23 mars des sources syndicales. Malherbe propose désormais de reprendre 141 salariés. Sur les huit offres de reprise partielle déposées au tribunal de Bobigny, "c'est la seule qui ait été améliorée", a précisé Jean-Claude Hacquard (CGT). Mais le transporteur normand, qui employait 1.400 collaborateurs en 2014, aurait exigé en contrepartie de pouvoir acheter dix agences MoryGlobal supplémentaires, en plus de la trentaine réclamée dans son offre initiale, d'après le syndicaliste.
L'entreprise, née il y a un an sur les cendres de Mory Ducros, ex-numéro 2 français du transport de colis, au prix de 2.800 licenciements, est proche de la liquidation judiciaire. Elle emploie actuellement près de 2.200 personnes dans 49 agences, selon les syndicats. Les élus du comité d'entreprise ont annulé la séance programmée lundi 23 mars au siège à Villepinte (Seine-Saint-Denis) "pour la simple et bonne raison qu'on n'a pas d'engagement de l’État pour l'instant pour venir participer aux négociations" autour du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), a fait savoir Éric Jahier (CFDT). Une rencontre avec des représentants de l’État est cependant envisagée mercredi 25 ou jeudi 26 mars, probablement au ministère du Travail.

"Malherbe propose de reprendre 141 salariés"


En attendant, la grève des salariés "continue" et "va s'accentuer", selon Éric Jahier, qui a annoncé mardi 24 mars "le blocage d'un rond-point dans une grosse zone industrielle" à Orléans ou encore une opération "péage gratuit" à Artenay (Loiret). "La base est très remontée", les grévistes "sont prêts à foutre le feu aux agences", prévient le syndicaliste, qui fait état de 80 % d'agences en grève. Le mécontentement des salariés tient au fait qu'il n'y a pour l'heure "aucun moyen pour financer un PSE digne de ce nom", affirme la CGT.
Trois millions d'euros sont prévus pour les mesures d'accompagnement, mais rien pour les indemnités de licenciement, selon les syndicats. L'administrateur judiciaire de Mory Global a fait savoir la semaine dernière qu'il demanderait le 31 mars au tribunal de commerce de Bobigny la liquidation de la société, qui se solderait par le licenciement des 2.200 salariés.

Les salariés menacent de brûler la marchandise

À Strasbourg, plusieurs dizaines de grévistes du transporteur MoryGlobal, qui risque la liquidation, ont commencé lundi 23 mars à occuper une partie de leur entrepôt et menaçaient de brûler 5.000 palettes de marchandises, selon une source syndicale. Entre 30 et 40 grévistes de l'agence strasbourgeoise (119 salariés), située dans le quartier du Port du Rhin, en grève depuis mercredi 18 mars, se sont introduits vers 8 heures sur le site de logistique et se réservaient la possibilité d'incendier quelque 5.000 palettes de marchandises stockées dans le dépôt, a rapporté Imed Hayar, secrétaire CFDT du CHSCT. Les grévistes occupaient une partie des locaux, une salle de repos, un hall et des toilettes, selon une source proche du dossier, faisant état d'une ambiance "bon enfant". Ils demandent aux pouvoirs publics l'ouverture de négociations pour obtenir un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) négocié, avant le 31 mars. "La marchandise, c'est notre monnaie d'échange, il n'y en a pas d'autre. Dans l'entrepôt, il y a toutes sortes de marchandises qui partiront au pire en fumée, ou qui serviront à organiser notre propre PSE", a indiqué Imed Hayar. "Il y a des semences, des engrais, des produits chimiques... En valeur, ça se chiffre en millions d'euros", a précisé le syndicaliste. Il a accusé "les actionnaires d'Arcole Industries et les patrons-voyous" d'avoir conduit MoryGlobal à "la plus grande catastrophe depuis Moulinex" en 2001.

AFP

Mardi 24 Mars 2015



Lu 196 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse