My Ferry Link a déjà fait son trou sur le transmache


Moins d'un a après son lancement, la compagnie My Ferry Link se félicite de traiter 10 % du trafic de remorques opéré sur les liaisons transmanches entre Calais et Douvres.


© Eric Houri
© Eric Houri
Dix mois après avoir commencé son activité, My Ferry Link assure avoir conquis près de 10 % de parts de marché pour le trafic de poids lourds sur les liaisons Calais-Douvres. La compagnie maritime issue de l'ex-SeaFrance, opérait 1 % du volume au cours des derniers mois de 2012, a selon le directeur général de My Ferry Link, Jean-Michel Giguet. Ce chiffre avait franchi les 4 % en janvier, puis 7 % en février. My Ferry Link a également augmenté sa part de marché du trafic tourisme (véhicules légers et cars de tourisme), qui atteignait 8 % en mai, face à ses concurrents britannique P&O et le consortium franco-danois Louis Dreyfus-DFDS.

Craintes de position dominante

Les trois navires de My Ferry Link, rachetés pour 65 millions d'euros par Eurotunnel à SeaFrance après la faillite de cette dernière, ont repris la mer entre août et novembre. La nouvelle compagnie, une coopérative ouvrière (Scop) créée par d'anciens salariés de SeaFrance, emploie aujourd'hui 533 personnes, dont 80 % sont des navigants issus de l'armement disparu.
Le 6 juin, la commission de la concurrence britannique a exigé l'arrêt des rotations des navires de My Ferry Link, craignant qu'Eurotunnel ne soit en position de s'emparer de "plus de la moitié" du marché des liaisons transmanche, et donc de faire grimper les prix. "Une décision incompréhensible pour Eurotunnel et injuste pour la Scop" , a commenté Jean-Michel Giguet, estimant qu'"il est impensable de voir disparaître le pavillon français sur le détroit". Selon lui, "ce ne sont pas les navires de My Ferry Link qui font la surcapacité sur Calais-Douvres, ils ont toujours été sur cette ligne", contrairement aux deux navires de DFDS arrivés en février et en avril 2012.
Jean-Michel Giguet a rappelé qu'aucune offre de reprise supérieure à celle d'Eurotunnel n'avait été déposée l'an passé devant le tribunal de commerce de Paris.

AFP

Mercredi 26 Juin 2013



Lu 116 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse