My Ferry Link devant la commission britannique de la concurrence


La société My Ferry Link se bat pour sa survie mardi 16 avril devant la commission britannique de la concurrence en tentant de la convaincre qu'il y a bien de la place pour elle et ses 600 employés sur la liaison Calais-Douvres sans fausser le jeu entre les trois opérateurs.


My Ferry Link a redémarré à zéro © My Ferry Link
My Ferry Link a redémarré à zéro © My Ferry Link
La commission britannique de la concurrence avait interdit en juin 2013 à My Ferry Link d'accoster à Douvres au motif que le nouveau transporteur bénéficiait d'un avantage indu en louant depuis 2012 à Eurotunnel les trois anciens bateaux de SeaFrance, en liquidation judiciaire. Mais sa décision avait été cassée en appel en décembre. Le 21 mars, la commission britannique, estimant qu'elle avait bien compétence juridique et que My Ferry Link pouvait dominer outrageusement le marché transmanche grâce à son association avec Eurotunnel, est revenue à la charge et a annoncé qu'elle rendrait une décision finale au plus tard début mai.

Le marché a totalement changé

"Notre position est simple. On considère qu'il n'y a eu qu'une reprise partielle" de l'ancien SeaFrance "et que le marché a totalement changé" depuis, a déclaré le directeur général adjoint de My Ferry Link, Raphaël Doutrebente, énonçant les arguments présentés à l'audience. En août 2012, lors de leur reprise par la Scop SeaFrance - raison sociale de My Ferry Link - des activités de l'ex-SeaFrance, celles-ci étaient quasi nulles. Au point qu'elles ne représentaient, en fin d'année, que 1 % de parts de marché fret et 2 % pour les passagers, souligne Raphaël Doutrebente, au lieu des 16 % de SeaFrance. "On a donc redémarré à zéro", estime-t-il.

"Le trafic maritime transmanche a augmenté de 5 % en 2013"


En revanche, le transporteur danois DFDS Seaways, qui a dénoncé devant la commission britannique une concurrence faussée avec My Ferry Link, détenait alors 27 % du fret et 23 % du trafic passagers parce qu'il avait absorbé le trafic de SeaFrance. Or, depuis, il n'a pas vu ses parts de marché baisser, malgré la hausse de celles de My Ferry Link à 9 % du fret et 6 % des passagers en 2013, selon Raphaël Doutrebente (Eurotunnel et P&O ferries occupant respectivement autour de 38 % et 28 % du marché).
La raison en est, assure-t-il, que les liaisons courtes comme Calais-Douvres ont capté plus de trafic au détriment de liaisons plus longues comme Dieppe-Newhaven ou entre l'Europe du Nord et le Royaume-Uni, dont les transporteurs ne veulent plus assumer le surcoût. Une tendance qui ne fera que s'accentuer, estime le directeur général adjoint de My Ferry Link, avec l'entrée en vigueur en 2015 d'une directive européenne (MarPol) qui obligera les opérateurs à réduire de 1 % à 0,1%  la teneur en soufre des émissions dans l'atmosphère de leurs navires.
L'autre point-clé sur lequel My Ferry Link fonde sa défense est que le marché a également changé grâce à la reprise économique intervenue en 2013 en Grande-Bretagne. "Du coup, le trafic maritime transmanche sur la liaison courte a augmenté de 5 % en 2013 par rapport à 2012" et "My Ferry Link a capté une partie de cette croissance, mais pas aux dépens des autres acteurs", assure Raphaël Doutrebente.
Tels sont les arguments que My Ferry Link va défendre mardi à huis clos devant la commission de la concurrence, qui a déjà entendu, notamment, Eurotunnel lors de deux audiences, le 4 avril, sur la forme, et le 11, sur le fond. Si ce plaidoyer n'était pas jugé convaincant, la situation de My Ferry Link, comme celle d'Eurotunnel, deviendrait vite inconfortable. Les trois navires loués par My Ferry Link ne peuvent en effet pas être vendus pendant cinq ans par Eurotunnel, en vertu d'une condition à la reprise posée par le tribunal de commerce de Paris. Par ailleurs, la survie de quelque 540 emplois en France et 60 au Royaume-Uni serait immédiatement menacée. My Ferry Link n'a pas encore les reins assez solides au plan financier, en raison de pertes d'exploitation que la compagnie ne devrait pas résorber avant 2015 au plus tôt, pour se passer du montage avec Eurotunnel, dit-on chez le transporteur maritime.

Pascal Mallet

Mardi 15 Avril 2014



Lu 98 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse