My Ferry Link pourra continuer de desservir Douvres


Soulagement pour la compagnie maritime My Ferry Link : le tribunal d'appel de la concurrence britannique a cassé une décision des autorités qui interdisait à ses navires d'accoster au port de Douvres.


© My Ferry Link
© My Ferry Link
L'interdiction faite à My Ferry Link de débarquer à Douvres a été cassée en appel. "C'est une victoire et un soulagement", ont aussitôt réagi Jean-Michel Giguet et Raphaël Doutrebente, directeur général et directeur général adjoint de la société coopérative et participative (Scop) My Ferry Link. "C'est la première fois que la "competition commission" (CC) perd sur sa compétence juridique", a précisé, Raphaël Doutrebente. My Ferry Link explique que la commission britannique de la concurrence doit notamment reconsidérer sa compétence juridique, et que le tribunal d'appel va étudier ultérieurement "de manière plus approfondie" les demandes des requérants. La commission doit ainsi revoir les circonstances de l'acquisition, "à savoir si Eurotunnel a racheté un actif ou une entreprise", a précisé la CC. "On ne sait pas quand il y aura une décision définitive, cela ne reste finalement qu'une décision temporaire", a souligné Jean-Claude Charlo, directeur général France de DFDS Seaways. Il précise être à la tête de 800 employés français et cinq navires battant pavillon français.

11 % du trafic fret transmanche

"On est fier de tout ce qu'on a fait avec tous les salariés depuis le début de cette aventure, qui a été difficile", a exulté pour sa part Raphaël Doutrebente. Le ministre délégué aux transports, Frédéric Cuvillier, a "salué" la décision, considérant que "le maintien de trois compagnies maritimes sur le détroit est la garantie d'une concurrence effective". Le ministre s'est félicité du "succès" de My Ferry Link, qui, avec 533 marins et sédentaires, dont une majorité d'ex-SeaFrance, capte 11 % de parts de marché du trafic fret transmanche et 8 % du trafic passager. Un peu plus d'un an après son lancement, en août 2012, la compagnie de ferries vivait avec une véritable épée de Damoclès au-dessus de la tête. "Cela avait freiné les transporteurs, je pense qu'on va avoir un boom et repartir. Les gens étaient réservés, c'était un peu compliqué pour nous", a reconnu Éric Vercoutre, secrétaire général du comité d'entreprise de My Ferry Link, qui parle "d'une sorte de chantage".
La décision unanime du tribunal d'appel de la concurrence casse de fait celle de la commission de la concurrence britannique qui interdisait l'exploitation des ferries de l'ancienne compagnie SeaFrance - dont les navires ont été repris en juin 2012 par Eurotunnel et loués à My Ferry Link - au départ du port britannique de Douvres, afin d'éviter une augmentation des tarifs. La Commission estimait qu'en cumulant un service de ferries avec la gestion du tunnel sous la Manche, Eurotunnel pourrait s'emparer de plus de la moitié du marché des liaisons transmanches et ainsi faire grimper les prix.

"La commission britannique va reconsidérer sa compétence juridique"


Elle avait sommé Eurotunnel de vendre ses deux plus gros navires parmi les trois qu'il possède afin d'éviter que cette interdiction prenne effet. Eurotunnel et My Ferry Link avaient fait appel de cette décision, assurant qu'elles constituaient deux sociétés bien distinctes l'une de l'autre. L'autorité de la concurrence française avait elle donné son feu vert en novembre 2012, sous réserve de certains engagements, à l'acquisition par Eurotunnel d'actifs de l'ex-compagnie SeaFrance, notamment trois navires. "Le consommateur est gagnant. Cette nouvelle société créée, My Ferry Link, a montré son utilité sur le marché maritime transmanche", a commenté de son côté Jacques Gounon, le PDG du groupe Eurotunnel.
Outre My Ferry Link, le britannique P&0 et le consortium franco-danois Louis Dreyfus-DFDS assurent les liaisons maritimes entre Calais et Douvres. Les deux compagnies regrettent une rentabilité en baisse. "La situation est extrêmement difficile car il y a une surcapacité chronique sur cette ligne où il n'y a pas un opérateur ferry actuellement qui gagne sa vie", a déclaré Jean-Claude Charlo. P&O, qui emploie 300 personnes en France, affirme de son côté que sa principale préoccupation est "de poursuivre avec succès son activité, pour satisfaire la clientèle et surtout protéger les employés de son personnel". "Tout cela en s'adaptant à une vive concurrence sur le marché transmanche", a souligné une porte-parole de l'opérateur, fustigeant des "prix très bas" desquels "tout le monde subit les conséquences. "On s'est aperçu qu'avec trois compagnies on arrive à vivre entre Calais et Douvres", a observé de son côté Éric Vercoutre. "Il faut retrouver un équilibre dans les tarifs. Il faut arrêter de faire une guerre tarifaire", a-t-il demandé.

Marine Laouchez

Jeudi 5 Décembre 2013



Lu 72 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 14:49 L’AMCF présente sa feuille de route


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse