MyFerryLink : le PDG d'Eurotunnel souhaite un "gentleman agreement"


Le patron d'Eurotunnel, Jacques Gounon, a appelé vendredi 6 juin Bruxelles à "une mission de bons offices" pour aboutir à un "gentleman agreement" avec la Grande-Bretagne sur le dossier MyFerrylink visé par une interdiction d'accoster au port de Douvres.


© MyFerryLink
© MyFerryLink
"Il faut trouver un gentleman agreement entre les parties", a déclaré Jacques Gounon vendredi 6 juin. Le Premier ministre français, "Manuell Valls, va aujourd'hui parler à son homologue, David Cameron, de ce sujet en disant que ça n'est pas acceptable pour la France", a-t-il annoncé. Tout en reconnaissant que le sujet n'était pas du ressort européen, le PDG d'Eurotunnel a indiqué avoir "saisi le commissaire européen à la Concurrence, Joaquin Almunia", devant "une telle aberration", pour lui demander "une mission de bons offices". "Le Secrétaire d'État aux affaires européennes, Harlem Désir, va pousser ce dossier au niveau européen", a-t-il ajouté.

"Puisque ça marche, pourquoi vouloir l'arrêter ?"


L'autorité de concurrence britannique (CMA) avait confirmé le 20 mai dans une décision préliminaire l'interdiction faite aux ferries MyFerryLink (groupe Eurotunnel) d'opérer depuis le port de Douvres, principal point d'entrée du trafic transmanche en Grande-Bretagne. Sa décision définitive est attendue mi-juin. Si l'autorité confirme sa décision, MyFerryLink, qui emploie quelque 600 personnes, devra mettre un terme à sa desserte de Douvres dans les six mois, l'autorité britannique ayant rejeté la demande du concurrent DFDS de réduire cette période de transition à trois mois.
La CMA dénonce une position dominante d'Eurotunnel sur le trafic transmanche après le rachat des actifs de l'ex-SeaFrance loués à MyFerryLink. Les échanges entre la Grande-Bretagne et le continent par Eurotunnel connaissent "une croissance de 6 à 8 % par an", souligne Jacques Gounon. "Puisque ça marche, pourquoi vouloir l'arrêter ?, a-t-il relevé, estimant qu' "il y a de la place pour trois opérateurs maritimes et un Eurotunnel même extrêmement puissant". "Si on retire un concurrent, MyFerryLink, les prix vont mécaniquement augmenter et finalement la situation d'Eurotunnel va être encore améliorée", a prévenu Jacques Gounon. Eurotunnel avait été choisi en juin 2012 par la justice française pour reprendre trois navires de SeaFrance.

AFP

Vendredi 6 Juin 2014



Lu 72 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 14:49 L’AMCF présente sa feuille de route


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse