Naufrage du "Kim Nirvana" : nouveau bilan et inculpations



Le "Kim Nirvana" aurait tourné brusquement après avoir quitté le port © thanhniennews.com
Le "Kim Nirvana" aurait tourné brusquement après avoir quitté le port © thanhniennews.com
Le naufrage du ferry philippin "Kim Nirvana" le 2 juillet a fait 61 morts, selon un nouveau bilan des gardes-côtes. Au moins 145 passagers et membres d'équipage ont survécu, ce qui signifie qu'au minimum 206 personnes se trouvaient à bord alors que le ferry ne pouvait accueillir que 194 passagers et marins.
"Le nombre des décès est plus élevé que ce à quoi nous nous attendions" sur la foi des listes officielles de passagers, a reconnu le capitaine Pedro Tinampay, chef des gardes-côtes locaux, refusant de s'exprimer sur la présence éventuelle de corps supplémentaires dans l'épave du bateau. Le "Kim Nirvana", un ferry de 33 tonnes qui reliait Ormoc aux îles Camotes, transportait également plusieurs tonnes de ciment, riz ou engrais qui avaient été mal ou pas amarrés et qui auraient pu le déséquilibrer. Les passagers sur les ferries reliant Ormoc aux îles Camotes embarquent fréquemment des cargaisons de marchandises achetées en ville qu'ils rapportent vers leurs villages isolés.
Le propriétaire du navire, son capitaine et 17 membres d'équipage ont été inculpés d'homicide volontaire. Selon les premiers éléments de l'enquête, le "Kim Nirvana" a tourné très brusquement après avoir quitté le port d'Ormoc, ce qui l'a fait chavirer, dans des eaux relativement calmes. L'enquête de la police est séparée de celle des garde-côtes, qui cherchent à comprendre la cause du naufrage. Au terme de leur enquête, eux aussi peuvent également inculper ceux qu'ils jugent responsable de l'accident.
Mal entretenus et peu contrôlés, les ferries sont l'un des principaux moyens de transport dans l'archipel philippin, qui compte plus de 7.100 îles. Ils sont empruntés par des millions de personnes trop pauvres pour prendre l'avion.
Les accidents maritimes sont fréquents aux Philippines, et sont le plus souvent dus à des normes de sécurité peu strictes, des contrôles laxistes et des navires surchargés. Le naufrage en 1987 du Dona Paz, qui était entré en collision avec un pétrolier, faisant plus de 4.300 morts, est le pire accident maritime de l'histoire en temps de paix.

AFP

Lundi 6 Juillet 2015



Lu 97 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2016 - 15:56 Grèce : les marins en grève contre l'austérité €

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:20 40.000 Nigérians demandent des comptes à Shell €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse