Naufrage du "Luno" à Anglet : enquête classée



Une enquête judiciaire ouverte à la suite du naufrage du cargo espagnol "Luno" en février à Anglet (Pyrénées-Atlantiques) a été classée sans suite, concluant que l'échouage est dû à un défaut technique du système de refroidissement du cargo, a-t-on appris jeudi 28 août de source judiciaire. "Les infractions visées ont été écartées. Le naufrage est dû à une panne électrique qui a provoqué l'arrêt de la machine, lié à un problème de refroidissement", a précisé Anne Kayanakis, procureur de Bayonne. Trois infractions étaient visées par l'enquête : l'échouement par négligence ou non-respect des règlements sanitaires (passible de six mois d'emprisonnement et 15 000 euros), la pollution des eaux due à un accident de la mer (800 000 euros) et les blessures involontaires, subies par un marin légèrement blessé (1 an, 15 000 euros). "Le marin qui a subi une légère blessure lors de l’échouement n'a pas porté plainte, l'enquête n'a pas révélé de défaut de négligence ni de non-respect des règlements maritimes de la part du capitaine, et la pollution des eaux est restée résiduelle", a précisé Anne Kayanakis. De même, a-t-elle indiqué, une enquête en parallèle de la "Comision permanente de investigacion de accidentes y incidentes maritimos", organisme espagnol équivalent au Bureau enquête accident mer français (BEA), a identifié comme causes de l'accident une houle très importante, un vent de 6 nœuds, conjuguée à un défaut mécanique du cargo. Dès les premiers jours d'enquête, le parquet de Bayonne avait suggéré que celle-ci privilégiait l'hypothèse d'avaries, aucun manquement apparent n'étant initialement identifié.
Le cargo de 100 mètres de long s'était échoué le 5 février à l'approche du port de Bayonne, une avarie moteur l'envoyant dériver dans la tempête, sur une digue où il s'est brisé en deux, puis en trois. Ses membres d'équipage avaient été hélitreuillés dans les heures suivantes dans des conditions difficiles, avec des vents atteignant 110 km/h. L'opération de démantèlement de l'épave, dont une partie avait été immergée dans l'océan, s'est achevée en juin au bout de trois mois de chantier. Par ailleurs, deux hommes accusés d'avoir gêné les opérations de secours de l'équipage du cargo en faisant voler un drone au-dessus de l'épave, ont été condamnés le 4 juillet par le tribunal correctionnel de Bayonne à quatre mois de prison avec sursis.

AFP

Jeudi 28 Août 2014



Lu 70 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2016 - 15:56 Grèce : les marins en grève contre l'austérité €

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:20 40.000 Nigérians demandent des comptes à Shell €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse