Navalu, le petit chantier naval vendéen en pointe sur l'éolien


Navalu, 15 salariés et 2 millions d'euros de chiffre d'affaires : de ce petit chantier naval vendéen est sorti en 2013 le premier bateau construit en France pour la maintenance de l'éolien en mer, et un second s'y conçoit pour le même client britannique.


Navalu, le premier chantier naval français à avoir sorti un bateau spécialement conçu pour l'éolien offshore © Navalu
Navalu, le premier chantier naval français à avoir sorti un bateau spécialement conçu pour l'éolien offshore © Navalu
Derrière cette "très petite entreprise", située dans le port ostréicole de Port du Bec à Bouin, en face de l'île de Noirmoutier, un patron visionnaire, Bernard Minguet, qui a pris le virage de l'éolien offshore dès 2010, à un moment où il n'en était qu'à ses prémices en France. Électromécanicien de formation passé par la fabrication des "premières piscines à coque de Vendée", Bernard Minguet est "devenu constructeur naval" après avoir racheté en 2002 une forge marine, qu'il transforme en quelques années en chantier naval spécialisé dans les barges conchylicoles en aluminium, un matériau "plus léger" et nécessitant moins d'entretien que l'acier.

"Trois bateaux "sur mesure" construits par mois"


"Plombé" par la crise de l'ostréiculture en 2009, liée à la surmortalité massive des jeunes huîtres dans les bassins de production, l'entrepreneur vendéen doit "chercher de nouveaux marchés". "À l'époque, tout le monde parlait de l'éolien en mer", se souvient Bernard Minguet, qui y voit tout de suite un "marché prometteur pour l'avenir". Mais alors que la France commence tout juste à définir les zones propices à l'installation d'éoliennes offshore, le constructeur naval se tourne vers l'étranger, et notamment les pays en pointe dans ce secteur, "les Pays-Bas, mais surtout l'Angleterre", qui multiplie les projets de parcs éoliens depuis le début des années 2000.

Marché "timide"

Après avoir embauché un architecte naval et couru les salons internationaux pour faire connaître sa petite entreprise, Bernard Minguet décroche son premier contrat fin 2011 auprès d'Enviroserve, une société britannique spécialisée dans la maintenance des éoliennes offshores, et fait de Navalu "le premier chantier naval français à avoir sorti un bateau spécialement conçu pour l'éolien offshore", se réjouit le chef d'entreprise. Pour que ce catamaran de 24 mètres de long, le "Sea Fox", transportant jusqu'à 12 passagers, puisse mieux "coller" à l'éolienne même par forte houle, il innove en plaçant deux moteurs par coque. Sa construction terminée au bout d'un an, son jumeau, le "Sea Lynx", est commandé dans la foulée pour une livraison prévue début 2016, permettant à Navalu d'assurer "60 % de son chiffre d'affaires" grâce à l'éolien en mer, souligne Bernard Minguet.
Ce dernier a investi il y a deux ans dans un second atelier spécialement dédié aux énergies marines renouvelables (EMR) pour y loger les grandes carcasses en aluminium des navires de maintenance, sans gêner la fabrication des autres bateaux, chalands agricoles ou navires passagers, telle cette navette fluviale propulsée à l'hydrogène qui naviguera bientôt sur l'Erdre à Nantes. Avec trois bateaux "sur mesure" construits par mois, pour les ostréiculteurs ou les professionnels portuaires, cette activité reste essentielle pour le patron de Navalu, le marché de l'éolien étant encore trop "timide".
"La demande stagne à l'étranger depuis début 2014 et en France, ça traîne. Aucun armateur ne veut se lancer dans la construction d'un bateau pour l'éolien. Il y aura peut-être une dynamique qui se créera, mais pas avant 2018-2020 (date à laquelle les premiers champs d'éoliennes offshores devraient être opérationnels au large des côtes françaises, NDLR), c'est loin", déplore Bernard Minguet, qui travaille sur "plusieurs projets" et espère avoir à l'avenir en permanence "un bateau en finition et un en commencement" dans son atelier EMR.

Anne-Sophie Lasserre

Mercredi 27 Mai 2015



Lu 190 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 14:49 L’AMCF présente sa feuille de route


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse