Norbert Dentressangle, bien ancré sur ses bases historiques


Beausemblant, siège drômois historique du groupe Norbert Dentressangle, n’est plus complètement adapté à l’évolution et aux positions prises aujourd’hui par ce groupe d’envergure. Il n’empêche, il reste un cœur battant de l’entreprise, le siège social de toute l’activité "transport", le back-office de plusieurs services de cette division qui a enregistré 1,514 milliard d’euros de chiffre d’affaires de janvier à septembre 2013. La région Rhône-Alpes est un bastion du groupe et l’Oréal vient de choisir Norbert Dentressangle à Saint-Vulbas…


Grâce à Norbert Dentressangle, Franprix a été la première enseigne de distribution alimentaire à livrer par la Seine ses magasins au cœur de Paris en octobre 2012  © Norbert Dentressangle
Grâce à Norbert Dentressangle, Franprix a été la première enseigne de distribution alimentaire à livrer par la Seine ses magasins au cœur de Paris en octobre 2012 © Norbert Dentressangle
Le groupe Norbert Dentressangle a récemment implanté son siège social à Lyon, à La Part-Dieu dans un immeuble miroir où son plateau de bureaux loués de 1.200 m2 forme un "U" fonctionnel. Il abrite les fonctions transversales liées aux trois divisions, les services communication, consolidation financière, ressources humaines-gestion des carrières, audit interne, croissance externe. Malakoff est le siège de la division "logistique".

Contrat avec un chargeur scandinave

La région Rhône-Alpes est importante pour les trois divisions du groupe : "transport" (tous types), "logistique" et "freight forwarding", dont le siège est à l’aéroport de Lyon-Saint-Exupéry, avec une quinzaine de personnes. Norbert Dentressangle dispose d’entrepôts logistiques à Saint-Vulbas, Satolas, l’Isle-d’Abeau et Saint-Georges-d’Espéranche, qui totalisent 265.000 m2. Deuxième région économique et industrielle de France, exportatrice encore bénéficiaire pour ses échanges commerciaux, Rhône-Alpes, carrefour européen, ne peut être négligé. D’ailleurs, Norbert Dentressangle et l’Oréal France grand public ont récemment signé un contrat de trois ans portant sur la distribution physique des produits "mass market" du leader mondial des cosmétiques (L’Oréal Paris, Garnier, Lascad) à destination de ses clients du Sud de la France. Cette activité de réception de produits, stockage et préparation de commandes, commencée en octobre, s’effectue sur un site de Saint-Vulbas, l’un des fiefs de la logistique en France. Le site comprend 12.000 m2. Il permet le stockage de 13.500 palettes et le traitement de 2.500 références par an. Le groupe aurait signé sur le même territoire un contrat concernant 55.000 m2 pour un chargeur scandinave, mais il ne confirme pas cette information.

"Un jour peut-être le groupe utilisera-t-il le port de Lyon ?"


Dans la région Rhône-Alpes, Norbert Dentressangle est un utilisateur de l’autoroute ferroviaire alpine Aiton-Orbassano, bien trop courte liaison de 175 km pour être aussi utile qu’elle devrait l’être. "Nous vendons à nos clients les solutions les plus efficaces. Nous sommes ouverts à toutes propositions mais il faut bien reconnaître que le camion reste le mode la plus adapté à l’économie moderne. Pour des liaisons moyennes souvent d’environ 200 km, l’alternative n’est pas évidente", observe Thierry Leduc, directeur de la communication, entré dans le groupe il y aura trente ans en 2014. Et de préciser : "Nous utilisons tous les jours les liaisons ferroviaires Avignon-Lille, nous faisons du short-sea entre l’Espagne et l’Italie, entre l’Espagne et la Grande-Bretagne et de la logistique urbaine fluviale à Paris pour livrer Franprix". Un jour peut-être le groupe utilisera-t-il le port de Lyon ? La flotte du groupe atteint 7.500 camions d’une moyenne d’âge de deux ans et demi et à 90 % composée de véhicules aux normes Euro V et Euro VI. Il figure dans le Top 5 européen pour le transport. Il teste les hybrides et les véhicules électriques avec Renault Trucks, Mercedes et DAF.
La taxe poids lourds est préoccupante. "Elle n’a rien d’écologique, ce n’est pas en taxant les entreprises qu’on favorisera le report modal, c’est une taxe sur l’économie et on fait jouer au transporteur un rôle de collecteur d’impôt. Si cette taxe est mise en œuvre, il faudra qu’elle s’accompagne toujours de la loi relative à la majoration forfaitaire des prix de transport".

Annick Béroud

Samedi 16 Novembre 2013



Lu 516 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 20 Novembre 2013 - 15:15 MGI gagne du terrain en Rhône-Alpes


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse