Notre-Dame-des-Landes : décollage imminent pour le chantier de l'aéroport ?


La confirmation lundi 14 novembre par la justice administrative de la légalité du projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ouvre la voie à un démarrage des travaux et à une évacuation de la Zad, mais il reste à en préciser le calendrier et que le feu vert soit donné au plus haut sommet de l'État.


© Acipa
© Acipa
Aussitôt la décision de la cour administrative d'appel connue lundi, les élus et les collectivités finançant le projet ont réclamé l'évacuation "immédiate" de la zone d'aménagement différé (Zad) et "le lancement sans délai" des travaux de l'aéroport, comme Manuel Valls et François Hollande s'y étaient engagés après la victoire du "oui" lors de la consultation organisée en Loire-Atlantique fin juin. Le Premier ministre, Manuel Valls, a encore une fois assuré mardi 15 novembre devant l'Assemblée nationale que les travaux seraient lancés "dès que possible", sans donner cependant de date pour leur début. Mettant en garde les opposants, il a affirmé : "Le peuple a parlé, la justice aussi, l'État de droit également".
Quelle que soit la volonté politique, des contraintes de calendrier pèsent sur le chantier. Bien avant de s'attaquer aux gros travaux de terrassement des pistes, prévus à partir de 2018, les premiers coups de pioche concerneront la réalisation d'une desserte routière pour permettre aux engins de chantier de transiter, au sud de la zone. Débroussaillages, transferts d'espèces protégées : ces travaux doivent être réalisés avant le 10 mars, date à partir de laquelle on entre dans la période de nidification des oiseaux et de reproduction de certaines espèces protégées, qui court jusqu'à l'été. Annoncée "à l'automne" à plusieurs reprises par le Premier ministre, cette opération, conjointement ou non à une tentative d'expulsion des quelque 300 occupants de la Zad, nécessitera la mobilisation de centaines, voire de milliers de gendarmes mobiles et policiers, pour sécuriser en plusieurs endroits les interventions des entreprises de construction.

À quelle résistance s'attendre sur le terrain ?

Les opposants ont réaffirmé lundi soir leur "détermination" à "défendre la Zad", au moindre signe d'une évacuation par les forces de l'ordre ou d'un démarrage des travaux. Comme lors des dernières grosses tentatives d'expulsion, à l'automne 2012, ils devraient pouvoir compter sur l'afflux de milliers de leurs soutiens pour "s'opposer physiquement" aux pelleteuses dès le signal donné, a affirmé un des occupants de la "zone à défendre".
Le mouvement anti-aéroport prévoit des actions simultanées, à Notre-Dame-des-Landes et dans sa région, mais aussi "partout en France" à l'initiative des quelque 200 comités locaux opposés à l'aéroport, avec déjà des appels à "bloquer, occuper ou manifester devant les lieux de pouvoir". Sur la Zad, la "résistance" s'organise depuis des mois, voire des années, avec la construction de vigies, la pose de pièges ou encore l'organisation de formations à l'autodéfense. La présence de centaines de veaux, vaches et autres animaux de ferme, et le fait que deux maisons ayant obtenu un délai judiciaire ne soient pas expulsables avant mars ou mai 2017, pourraient compliquer un peu plus la tâche des autorités.
Mise en demeure par la Commission européenne depuis avril 2014 pour ne pas avoir réalisé d'évaluation des impacts cumulés des infrastructures du projet d'aéroport, la France doit toujours régulariser son infraction. Elle s'est engagée à le faire à la fin de l'année. La Commission européenne "va examiner la décision rendue par la cour d'appel, sa motivation, ainsi que les conséquences pour les autorités administratives et les positions que celles-ci prendront suite à cette décision. C'est sur cette base que la Commission va décider des mesures à suivre", a indiqué mardi un porte-parole, Enrico Brivio. S'il "n'appartient pas à la Commission de trancher quant à l'opportunité politique ou économique d'un projet d'infrastructure", il est cependant "nécessaire de veiller à ce que ces projets soient compatibles avec le droit de l'environnement", a-t-il ajouté. En attendant cette régularisation, seuls les travaux qui auraient des conséquences irréversibles ne sont pas réalisables, mettent en avant les porteurs du projet. Pour les opposants au contraire, le contentieux européen bloque tous les travaux, soutient Julien Durand, agriculteur à la retraite et porte-parole de l'Acipa, l'une des associations d'opposants.

Anne-Sophie Lasserre

Vendredi 18 Novembre 2016



Lu 466 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Novembre 2017 - 15:00 Le trafic des aéroports parisiens en hausse €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse