Nouveaux horaires SNCF : le fret sera fortement touché


La CGT-cheminots a critiqué l'impact qu'auront sur le trafic de marchandises les nouveaux horaires de train, en lien notamment avec des travaux, qui doivent être mis en place au niveau national à partir du 11 décembre, dénonçant un risque de report sur la route.


© RFF/CHRISTOPHE RECOURA
© RFF/CHRISTOPHE RECOURA
"Le nouveau plan de transports qui va être appliqué à partir de décembre va fortement impacter le trafic de marchandises et les trains de nuit", a déclaré Gilbert Garrel, le secrétaire général de la CGT-cheminots. "Le risque c'est de voir les chargeurs mécontents se tourner encore davantage sur la route", a-t-il ajouté. À partir du 11 décembre, de nouvelles grilles horaires, intégrant notamment des travaux de rénovation du réseau, seront mises en place pour les 15.000 trains quotidiens. Le transport de marchandises par le rail s'effectue surtout la nuit et sera particulièrement touché par la multitude de chantiers qui vont être lancés. Or, le fret ferroviaire est déjà en perte de vitesse par rapport aux autres modes de transport, en dépit des engagements du Grenelle de l'environnement
La CGT a renouvelé ses critiques contre l'ouverture à la concurrence pour le fret ferroviaire, effective depuis 2006. "Globalement le ferroviaire continue à perdre des parts de marché sur la route et à transporter en volume toujours moins", a indiqué Gilbert Garrel. Pour lui, "cela montre que la concurrence ne favorise pas forcément le développement de l'activité, contrairement au dogme de la Commission européenne". "Il n'y a pas de réelle volonté politique de développer le fret ferroviaire", a-t-il lancé, en soulignant que celle-ci était essentielle car "le transport par le rail coûte souvent plus cher que par la route, mais il a aussi des avantages : moins de pollution et désengorgement des routes".
Le responsable de la CGT-cheminots a aussi affirmé que "le développement du ferroviaire ne pourra passer que par le désendettement de RFF", le propriétaire du réseau. À sa création en 1997, RFF a récupéré la dette de la SNCF et affiche aujourd'hui près de 30 milliards de dette, qui plombent ses capacités d'investissements. La CGT a indiqué avoir lancé en régions les États généraux du service public ferroviaire pour que le débat sur le rail "se fasse aussi avec les usagers, les politiques et les ONG". Par ailleurs, les Assises du ferroviaire, lancées en septembre par le gouvernement, doivent produire des conclusions mi-décembre sur l'avenir du secteur.

.

Vendredi 25 Novembre 2011





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse