Novatrans dans le collimateur de la SNCF


La SNCF songe à se débarrasser de sa filiale fret déficitaire Novatrans. La maison mère étudie aussi une recapitalisation accompagnée d'une lourde restructuration, faute de quoi la compagnie pourrait être liquidée.


Novatrans dans le collimateur de la SNCF
Une représentante de la SNCF a confirmé les informations publiées par le magazine spécialisé «Ville, Rail et Transports». Ce dernier annonçait que sa filiale Novatrans pourrait être vendue ou recapitalisée.
Novatrans, racheté en 2009 par la SNCF, a perdu 35 millions d'euros en 2010 et 22 millions l'an dernier, selon le magazine, alors même que la compagnie ferroviaire publique y a injecté 60 millions pour tenter de redresser la barre. Du coup, lors d'un conseil d'administration le 17 janvier, deux pistes ont été évoquées pour l'avenir de cette filiale, rapporte le magazine. "On est bien sur deux hypothèses, l'une de cession et l'autre de recapitalisation", a indiqué la porte-parole de la SNCF. La compagnie ferroviaire publique a mandaté une banque pour recueillir les marques d'intérêt éventuelles dans l'hypothèse d'une cession, a-t-elle précisé.

Troisième voie : la fermeture

L'autre piste évoquée est une recapitalisation à hauteur de 50 millions d'euros environ avant la fin de l'année, mais ceci s'accompagnerait d'une sévère restructuration et il n'est pas sûr qu'une telle solution reçoive l'aval de la Commission européenne, selon «Ville, Rail et Transport ». Les deux solutions devraient être étudiées en avril et si aucune n'est retenue, ceci pourrait aboutir à une liquidation de la société qui emploie 260 salariés. Il s'agirait toutefois d'une liquidation amiable, a fait savoir la porte-parole. Dans cette dernière hypothèse, la SNCF resterait responsable vis-à-vis des différentes parties concernées.
De son côté, le même jour, la CGT-cheminots s'est alarmée de la situation du transport de marchandises par le rail en France, la jugeant "catastrophique", en mettant en avant une baisse des volumes transportés et des pertes à hauteur de 340 millions d'euros pour Fret SNCF en 2011. Selon Pascal Poupat, responsable fédéral, la part du ferroviaire dans le transport de marchandises est tombée à 8,8 % en 2010. "Elle était de 30 % en 1984 et de 16,6 % en 2000", a ajouté le syndicaliste.

Franck André

Jeudi 26 Janvier 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse