Opération de redressement du "Concordia" sur l'île du Giglio



© Micoperi
© Micoperi
La gigantesque opération de redressement de l'épave du "Costa Concordia" a démarré lundi 16 septembre sur la petite île toscane du Giglio en Italie, où une centaine de personnes sont à pied d'œuvre pour cette première mondiale. Cette opération, inédite par son ampleur et qui devait démarrer lundi vers 6 heures, a été retardée de trois heures, ont annoncé ses responsables. "Toutes les vérifications ont été effectuées et l'opération a démarré", a déclaré Sergio Girotto, responsable du projet pour la société italienne Micoperi. "Tout se passe bien", a-t-il ajouté.
Plus tôt dans la matinée, alors que le jour se levait sur le port, le chef de la protection civile et responsable du projet, Franco Gabrielli, avait expliqué les retards en raison des "forts orages qui se sont abattus" dans la nuit du 15 au 16 septembre. "Il n'y a pas de modification de l'opération. Les orages nous ont empêché de mettre en place dans la nuit la structure flottante, la barge, sur laquelle devait être installée la salle de contrôle. Ayant perdu du temps dans la nuit, il nous faut le rattraper à présent", a expliqué Franco Gabrielli, ajoutant que ce type d'orage était "imprévisible". Vingt mois après le naufrage du paquebot de croisière, qui avait fait trente morts et deux disparus le 13 janvier 2012, les autorités italiennes avaient donné leur feu vert dimanche. "La durée de douze heures pour l'ensemble des opérations reste valable", a expliqué Sergio Girotto.
Dimanche, le groupe Costa, propriétaire du navire, et sa maison mère américaine Carnival, à qui revient le paiement de cette opération gigantesque (plus de 600 millions d'euros à ce jour) s'étaient montrées optimistes. "Toutes les vérifications en amont ont été faites et tout a été fait pour que l'opération réussisse", a dit Franco Porcellachia, chef de projet de Costa, tout en admettant qu'il est "difficile d'envisager toutes les hypothèses, étant donné qu'il n'y a jamais eu de précédent". C'est la première fois qu'on va tenter de réaliser un tel exploit sur un bateau aussi grand - long de près de 290 mètres, haut comme un immeuble de dix étages - et positionné de cette façon - le flanc droit couché sur des rochers. L'ex-palace flottant a été vidé de toute présence jusqu'à ce qu'il soit sécurisé, avant d'éventuelles visites des enquêteurs dépêchés par le parquet de Grosseto, toujours à la recherche des corps de deux disparus, une passagère italienne et un serveur indien. En outre, tout trafic maritime est interrompu aux abords de l'île.

Rotation gérée à distance par douze personnes

La rotation est gérée à distance dans une "salle de contrôle" par douze personnes, chacune devant son ordinateur avec un rôle distinct à jouer. Chacune est ainsi reliée, comme avec "un cordon ombilical", au navire, selon Franco Porcellachia. Même les "battements du cœur" de Nick Sloane, le spécialiste mondial en renflouements embauché par le consortium américano-italien Titan-Micoperi pour superviser les travaux, le "mythe vivant", vont être contrôlés, plaisantait Franco Gabrielli.
Ce à quoi le Sud-Africain à la tête d'une équipe de 500 personnes de près de 30 nationalités travaillant 24 heures sur 24 a répondu calmement, se disant "prêt", "tous les risques ayant été identifiés". Le chef de l'opération a aussi remercié la population de l'île qui a été "compréhensive" ces derniers dix-huit mois. Car les habitants attendent avec impatience ce fameux jour - maintes fois reporté - où le paquebot qui gâche la vue depuis le petit port, telle une verrue métallique géante, reprendra une position plus "normale" avant d'être renfloué puis remorqué au loin. Le premier d'entre eux, le maire Sergio Ortelli, affirmait ainsi que "l'attente était grande, puisque lundi allait se concrétiser une année de travail intense". "Nous sommes convaincus que les choses se passeront bien", a ajouté l'édile avant de conclure : "Croisons les doigts !"


Reuters propose de suivre en vidéo le redressement du Concordia en direct.

Laure Brumont

Lundi 16 Septembre 2013



Lu 56 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 24 Novembre 2016 - 15:56 Grèce : les marins en grève contre l'austérité €

Mardi 22 Novembre 2016 - 13:20 40.000 Nigérians demandent des comptes à Shell €


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse