Ouverture du procès de l'"Ocean Jasper"


La justice pénale se penche, à partir de mardi 13 novembre à Brest, sur l'affaire du naufrage du "Sokalique", caseyeur breton coulé en 2007 au large du Finistère après une collision avec un cargo immatriculé aux îles Kiribati, "un soulagement" pour la veuve du pêcheur qui avait perdu la vie.


Ouverture du procès de l'"Ocean Jasper"
Dans la nuit du 16 au 17 août, à 60 milles nautiques (110 km) de l'île d'Ouessant, dans les eaux internationales et alors que les conditions météo étaient bonnes, le "Sokalique" (19 mètres) et l'"Ocean Jasper" (80 mètres) étaient entrés en collision. Le patron du caseyeur, Bernard Jobard, était resté à la barre jusqu'au dernier moment, "hurlant sa position à la radio pour alerter les secours", selon la défense. Les six autres marins avaient pu se hisser sur un radeau de survie, tandis que le vraquier poursuivait sa route sans prévenir les secours.
Armé par la société Onurhan Denizcilik, le cargo transportait un chargement de tôles d'acier appartenant à l'entreprise Onurhan Shipping. Les deux sociétés turques sont poursuivies, en tant que personnes morales, pour homicide involontaire, délit de fuite et omission de porter secours à personne en péril. Le commandant, Rafik Agaev, et son second, Aziz Mirzoyev, tous deux de nationalité azerbaïdjanaise, ont été mis en examen pour les mêmes chefs. Depuis mai 2011, ils font l'objet d'un mandat d'arrêt international, selon l'ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel de Brest.
L'enquête a révélé "un refus de priorité" du cargo et "un défaut de manœuvre d'évitement" résultant d'un "défaut de veille optique et radar". Le second, à la passerelle lors de l'abordage, a notamment admis avoir coupé l'alarme signalant la proximité des autres navires parce qu'elle... "n'arrêtait pas de sonner". L'enquête a également révélé que les marins du cargo avaient constaté la collision, mais qu'ils avaient décidé de poursuivre leur route. Dans l'après-midi, l'armateur avait donné l'ordre au commandant de regagner au plus vite les eaux internationales, le navire s'étant rapproché des côtes en raison d'une voie d'eau. "Comme tous les armateurs du monde, moi aussi j'ai peur de l’État français. Un armateur préférerait que son navire sombre plutôt que de rester saisi dans un port français", avait déclaré Mhemet Gomuc.
Représentant les deux sociétés poursuivies, celui-ci sera présent au procès, mais ce ne sera "vraisemblablement" pas le cas du commandant et de son second, a indiqué le procureur de Brest Bertrand Leclerc, qui présentera les réquisitions. Le procès, prévu du 13 au 16 novembre, pourrait ainsi être écourté si les deux prévenus ne s'y présentaient pas.

"Comportement de pirates"

"Je suis soulagée que le procès ait lieu", a dit Yvette Jobard. "On attend beaucoup de ce procès. On attend que justice soit rendue", a-t-elle ajouté, disant espérer "qu'on défende la mort d'un homme comme on défend une marée noire ou des espèces menacées", tout en s'insurgeant contre les pavillons de complaisance qui "permettent aux gens de s'y camoufler derrière". "On se rend compte que maintenant il y a au niveau national et international une police de la mer et qu'on ne peut plus se comporter en pirate comme à l'époque des corsaires", a assuré Gilbert Collard, avocat de Mme Jobard.
L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, qui avait assisté aux obsèques du patron-pêcheur finistérien, avait obtenu l'accord de son homologue des Kiribati pour que l'équipage soit jugé en France et non dans le pays d'immatriculation du cargo, comme le prévoit la convention des Nations unies sur le droit de la mer pour les accidents dans les eaux internationales. L'"Ocean Jasper" est consigné dans la base navale de Brest.

Sandra Ferrer

Lundi 12 Novembre 2012





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse