Panama : l'ACP prête à avancer des fonds


L'administration du canal de Panama a annoncé lundi 6 janvier qu'elle était disposée à avancer des fonds au consortium international chargé de l'agrandissement de la voie pour éviter une suspension du chantier et ainsi résoudre un conflit portant sur un surcoût considérable.


© Impregilo
© Impregilo
L'Autorité du canal de Panama (ACP) est prête à avancer des fonds. "Nous avons évalué une avance (d'un montant non précisé) pour que les travaux continuent. Nous discutons de fonds additionnels de leur part et de la nôtre afin de poursuivre les travaux, mais cela sera discuté mardi matin" dans une réunion entre les deux parties, a indiqué l'administrateur de l'ACP, Jorge Quijano, après un entretien avec la ministre espagnole de l'Équipement, Ana Pastor. Le consortium international chargé de l'agrandissement du canal de Panama, qui menace de suspendre les travaux en raison d'un conflit financier, s'était engagé plus tôt dans la soirée à négocier avec le gestionnaire du canal suite à une médiation de la ministre espagnole de l'Équipement. "L'engagement du consortium GUPC est que tout soit résolu dans le cadre du contrat et pour cela, ils vont s'asseoir pour dialoguer. Ainsi, nous parvenons à un premier accord", a déclaré lundi la ministre espagnole Ana Pastor à la sortie d'une réunion avec le président du pays, Ricardo Martinelli.

"Des fonds additionnels afin de poursuivre les travaux"


Arrivée dimanche au Panama, Ana Pastor a mené de nombreux entretiens lundi pour tenter de trouver une issue au conflit entre le consortium international Groupe uni pour le canal (GUPC) et l'ACP autour de la facture des travaux. La crise a été provoquée par un courrier daté du 30 décembre dans lequel le groupe de BTP espagnol Sacyr, actionnaire majoritaire du GUPC, a menacé de suspendre le chantier dans un délai de 21 jours si l'ACP ne versait pas la somme de 1,6 milliard de dollars (environ 1,2 milliard d'euros). Ce montant, supposé couvrir "les surcoûts" du chantier selon le GUPC, est jugé "irresponsable" par les autorités du Panama. Appelant à "un accord qui soit bon pour les deux parties", Ana Pastor a espéré que "le problème soit réglé le plus tôt possible", sans toutefois indiquer si l'ultimatum du consortium était levé ou pas à l'issue de sa médiation. La ministre avait rencontré lundi matin durant deux heures à huis clos les responsables du consortium, dont le président de Sacyr, Manuel Manriquez, arrivé samedi à Panama.

Travaux pharaoniques

Parmi les autres actionnaires du GUPC figurent l'entreprise italienne Impreglio, la belge Jan de Nul et la panaméenne Constructora Urbana. Des responsables d'ACP ont indiqué que des difficultés géologiques imprévues sont à l'origine des dépenses supplémentaires. GUPC fait porter la responsabilité du surcoût à l'ACP. Le surcoût évoqué est considérable au vu du montant total du contrat remporté avec grand bruit en 2009 par le consortium. Une somme astronomique que GUPC attribue notamment à l"'inexactitude de l'information fournie au consortium" par l'ACP.
Coordinateur du consortium, Paolo Moder avait affirmé samedi que "les travaux seraient suspendus" si aucun accord n'était trouvé, tout en affirmant être "ouvert au dialogue". "Ils nous mettent au pied du mur" avec cet ultimatum, avait répondu le lendemain l'administrateur Jorge Quijano, prévenant que l'ACP n'était pas disposée à être "l'otage d'un entrepreneur". Ces travaux pharaoniques, d'un montant total de 5,2 milliards de dollars, ont commencé en 2009 et devaient initialement se terminer en 2014 afin de coïncider avec le centenaire du canal. Mais leur achèvement a été repoussé à 2015 après un premier désaccord dès le début du chantier entre l'ACP et GUPC sur la qualité du ciment utilisé. L'essentiel de l'ouvrage porte sur la construction d'une nouvelle série d'écluses pour permettre le passage de navires transportant jusqu'à 12.000 conteneurs, plus du double de la charge actuelle autorisée. Long de 80 km, le canal de Panama, par lequel transite 5 % du commerce maritime mondial, a été inauguré en 1914 et avait été rétrocédé par les États-Unis à Panama en 1999.

Sacyr grimpe en Bourse sur l'espoir d'une solution

Le constructeur espagnol Sacyr rebondissait mardi 7 janvier à la Bourse de Madrid, après avoir fortement chuté la semaine dernière, alors que les négociations avancent pour éviter une suspension du chantier du canal de Panama, pour lequel le groupe réclame une rallonge. À 10 h 30, le titre grimpait de 5,96 % à 3,59 euros, dans un marché en hausse de 1,58 %.

AFP

Mardi 7 Janvier 2014


Lu 118 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse