Pavillon routier : Allemagne, championne du national, Pologne, leader à l’international


Selon le classement des pavillons routiers européens du Comité national routier, l’Allemagne conserve sa première place grâce au poids de son activité domestique. La Pologne reste à l’affût, portée par le dynamisme de ses flux internationaux et de cabotage. Le pavillon français perd des parts de marché sur tous les segments…


© Scania
© Scania
Avec un an de décalage, le classement des pavillons routiers européens réalisé par le Comité national routier (CNR) apporte chaque année un éclairage précieux sur l’évolution du secteur et de ses principaux acteurs. Fait marquant de l’édition publiée en décembre à partir des trafics 2014 des poids lourds de plus de 3,5 tonnes, la croissance des nouveaux États membres (NEM) ralentit à hauteur de 2,1 %, tandis que les pays de l’Union à 15 résistent (- 0,4 %). Le trafic ne progresse que de 0,4 % et son classement ne varie pas. Le Top 5 est toujours composé de l’Allemagne (+ 1,4 %), championne du national, de la Pologne (+ 1,3 %) et de l’Espagne (+ 1,6 %), leaders à l’international, de la France (- 3,6 %) et du Royaume-Uni (- 2,7 %) dont les activités reposent principalement sur leur marché domestique. Si l'on ajoute l'Italie (- 7,4 %), ces six pays concentrent près de 60 % du trafic routier européen, tous segments confondus. L’autre fait marquant de cette approche globale est le développement rapide des trois pays baltes supérieur à 5 %.

Deux tiers du trafic en national

Cette approche consolide trois segments du transport routier de marchandises que sont les flux domestiques (65 %), internationaux (35 %) incluant les trafics bilatéraux et entre pays tiers, et de cabotage (2 %). Entre 2008 et 2014, la part des flux nationaux a perdu trois points récupérés par les trafics internationaux et le cabotage qui a doublé en l’espace de six ans.

"L’international représente un tiers de l’activité du transport routier européen"


Dans chaque segment, on constate d’importantes variations. Sur un marché domestique stable (- 0,03 %) où les volumes traités par pavillon sont généralement proportionnels à la taille de leur pays, l’Allemagne (1re), l’Espagne (4e), la Suède (7e) et les Pays-Bas (8e) affichent des progressions au-dessus de la moyenne, de 0,9 à 26,4 % ! Dans le haut du classement, d’autres accusent en revanche des pertes significatives allant de 2,4 à 8,6 %. Tel est le cas de la France (2e), du Royaume-Uni (3e), de l’Italie (5e) et de la Pologne (6e). Illustrées par l’Allemagne, ces évolutions confirment le repli des grands pavillons européens sur leurs marchés nationaux au détriment de l’international.

Bataille à l’international

En témoigne aussi la part domestique du pavillon polonais qui ne représente plus que 39 % de son activité. Leader incontesté à l’international, il y enregistre une nouvelle croissance de 4,8 %. Longtemps moteur du secteur, ce segment se tasse toutefois, passant d’une hausse de 6,1 % en 2013 à seulement 1,1 % en 2014. Cette tendance s’accompagne d’un écart de plus en plus important entre les pays d’Europe de l’Ouest (- 2,4 %) et les NEM (+ 3,8 %). Ancien leader à l’international, l’Allemagne désormais 3e, cède ainsi 3,9 % et ne réalise plus que 31 % de l’activité du pavillon polonais sur ce segment. À l’ouest, seule l’Espagne (2e) semble suivre le rythme des NEM avec une croissance de 3,1 %. Vers le haut du classement, les pavillons hongrois (6e), lituanien (8e), roumain (10e), letton (16e) et croate (20e) se distinguent avec des hausses jusqu’à 12 %.

Doublement du cabotage en six ans

Le développement du pavillon polonais à l’international provient de parts de marché gagnées dans les transports entre pays tiers et le cabotage. Ce dernier demeure de loin le segment le plus dynamique avec une progression de 12 % en 2014 après un bond de 15 % en 2013. «Là encore, ce sont les pavillons des NEM qui tirent leur épingle du jeu avec un taux de croissance de 21 % contre 3 % pour les pavillons de l’UE15», relève le CNR. En tête du classement, le cabotage s’apprécie fortement au sein des transporteurs bulgares, roumains, slovaques… et portugais qui font exception à l’ouest avec le Luxembourg.

Érick Demangeon

Mardi 29 Décembre 2015



Lu 636 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse