Pelagos tente de réconcilier l'homme et la baleine



Pelagos tente de réconcilier l'homme et la baleine
Réguler le trafic des navires ? Améliorer la détection des cétacés ? Sensibiliser au risque de collision ? Depuis dix ans, le sanctuaire Pelagos œuvre à une meilleure cohabitation de l'homme et de la baleine en Méditerranée nord-orientale. En 2002, la France, l'Italie et Monaco ratifiaient un accord signé en 1999 pour créer un sanctuaire protégeant les mammifères marins. Depuis, Pelagos couvre une surface de 87.500 km2 autour de la Corse, délimitée au sud par une ligne allant de la presqu'île de Giens à Fosso Chiarone en passant par les côtes Nord de la Sardaigne. Sa partie française est gérée par le parc national de Port-Cros.
Mais l'activité humaine menace les populations animales, soulignaient récemment des experts de l'association Souffleurs d'écume lors d'une séance de formation à l’École nationale supérieure maritime (ENSM) de Marseille. L'association sensibilise les marins au risque de collision. Une à deux collisions fatales à l'animal sont recensées chaque année en Méditerranée nord-orientale, mais les scientifiques estiment ce chiffre, qui ne reflète que les carcasses échouées, en deçà de la réalité.
Différentes solutions sont avancées pour pallier ce risque. Au niveau du trafic, modifier les routes maritimes, comme cela s'est fait au large du port de Boston par exemple pour protéger les baleines, semble difficile à imposer à l'échelle de Pelagos. En revanche, "limiter la vitesse des navires, dans certaines zones et en certaines périodes, est une alternative plus prometteuse" dans le sanctuaire, juge Pascal Mayol, de Souffleurs d'écume.
L'idéal pour imposer des contraintes serait d'obtenir de l'Organisation maritime internationale (OMI) le classement du sanctuaire comme "zone maritime particulièrement vulnérable", statut obtenu en 2011 pour les Bouches de Bonifacio au sud de la Corse. Pelagos en nourrit le projet, mais la demande n'est pas encore officiellement déposée auprès de l'OMI.

Pierre Pratabuy

Mardi 10 Avril 2012


Tags : maritime, omi, pelagos



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse