Pierre Moscovici appelle au "compromis" sur le travail détaché


Le commissaire européen aux Affaires économiques a jugé nécessaire de trouver "un compromis" entre membres de l'Union européenne sur la question des travailleurs détachés, au moment où le président français mène campagne pour un durcissement des directives.


© Scania
© Scania
Concernant les travailleurs détachés, "un compromis sur ce texte est nécessaire", a estimé Pierre Moscovici, interrogé vendredi 25 août sur la radio Europe 1. Emmanuel Macron mène actuellement une tournée en Europe de l'Est pour convaincre les pays de cette région, peu enclins à durcir les directives sur le sujet, de trouver un accord pour raccourcir la durée du travail détaché et renforcer les contrôles contre les fraudes.

"Emmanuel Macron souhaite raccourcir la durée du travail détaché"


Jeudi 24 août en Roumanie, où le sujet des transporteurs routiers est particulièrement sensible, il a encore prévenu que le "dumping fiscal et social" risquait de mener à un "démantèlement de l'Union européenne". "La liberté de circulation, qui est une des grandes libertés de l'Europe, doit aller de pair avec le combat contre le "dumping social"", a déclaré vendredi le commissaire européen aux Affaires économiques, donnant comme mot d'ordre "à travail égal, salaire égal". Rappelant que la Commission européenne avait elle-même fait des propositions de réformes fin mai, il a jugé nécessaire de trouver un compromis sur le sujet avant la fin de l'année.
L'UE est actuellement présidée par l'Estonie, plutôt en faveur d'un durcissement des règles sur le sujet, mais, à partir de 2018, c'est la Bulgarie, opposée à une telle évolution, qui prendra sa suite. En tout état de cause, Pierre Moscovici a prévenu qu'il ne fallait pas "bercer les Français d'illusions" sur une éventuelle harmonisation sociale de l'UE. "Pour y parvenir, il faut qu'il y ait unanimité à 28", a-t-il souligné. "Je crois plus à un socle social commun qu'à une vraie harmonisation sociale".

Le transport routier, sujet très sensible en Roumanie

Emmanuel Macron a rencontré jeudi à Bucarest le président roumain, Klaus Iohannis, au deuxième jour d'une tournée en Europe de l'Est. Comme promis durant sa campagne, le président français espère obtenir fin octobre à Bruxelles un accord majoritaire pour raccourcir la durée du travail détaché et renforcer les contrôles contre les fraudes. La veille, il a rencontré les dirigeants autrichien, tchèque et slovaque. L'Autriche a appuyé la position française, mais la République tchèque et la Slovaquie, plus prudents, ont accepté de rechercher rapidement un compromis, sans s'engager sur le fond. Également prudent, le président roumain a reconnu le "fort mécontentement" en Europe de l'Ouest sur ce dossier et estimé qu'il fallait "améliorer cette directive", mais sans "éliminer la concurrence ou le marché libre". Il a aussi souhaité séparer la question des transporteurs routiers qui circulent en Europe, sujet très sensible en Roumanie, ce que Paris a accepté. "Nous aurons ensuite une autre négociation sur le transport routier", a ainsi confirmé Emmanuel Macron, un geste envers la Roumanie mais aussi la Bulgarie ou l'Espagne.

La Pologne refuse de revenir sur la directive

La Première ministre polonaise, Beata Szydlo, a affirmé jeudi le refus de Varsovie de revenir sur la directive européenne sur le travail détaché. "Nous défendrons jusqu'au bout notre position, parce que c'est une position qui est dans l'intérêt des travailleurs polonais", a déclaré Beata Szydlo. La Pologne est le pays qui profite le plus de cette directive et est farouchement hostile à toute réforme. Environ 500.000 Polonais sont employés par des entreprises polonaises dans d'autres pays membres de l'UE.  La France, qui a accueilli 286.000 salariés détachés déclarés en 2015, est le deuxième pays d'accueil derrière l'Allemagne, favorable elle aussi à des garde-fous.

AFP

Vendredi 25 Août 2017



Lu 473 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers





Accès rapide





















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 1/03/2013
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse