"Port City", une "cité portuaire" chinoise au Sri Lanka


Un ambitieux projet chinois de "cité portuaire" au Sri Lanka "n'est une menace pour personne", a assuré à Pékin le Premier ministre du pays insulaire, malgré des inquiétudes autour des ambitions de Pékin dans l'océan Indien.


"Port City" sera édifiée dans la capitale sri-lankaise Colombo © Port City
"Port City" sera édifiée dans la capitale sri-lankaise Colombo © Port City
Des entreprises chinoises espèrent édifier dans la capitale sri-lankaise Colombo une infrastructure baptisée "Port City", un projet de complexe immobilier et portuaire de 1,4 milliard de dollars (1,2 milliard d'euros) lancé durant le mandat de l'ex-président Mahinda Rajapaksa. "Port City n'est une menace pour personne, c'est une opportunité pour tous de faire de l'argent", a souligné samedi 9 avril le Premier ministre sri-lankais, Ranil Wickremesinghe. "Les Chinois n'ont demandé à construire aucune base militaire au Sri Lanka", a-t-il par ailleurs insisté.

"Collier de perles" dans l'océan Indien

Pékin est accusé par ses détracteurs de vouloir constituer dans l'océan Indien un "collier de perles", une référence aux différents ports où la Chine possède des intérêts directs, comme ceux de Gwadar (Pakistan), Djibouti (où elle construit actuellement une base logistique) ou encore "Port City" à Colombo. Ces infrastructures viseraient à sécuriser ses intérêts économiques tout en contrebalançant la montée en puissance de l'Inde, qui a observé d'un œil méfiant le rapprochement du pays insulaire avec la Chine ces dernières années, sous la présidence de Mahinda Rajapaksa.
Le Sri Lanka, "petit pays", est "engagé en faveur de la liberté de navigation dans l'océan Indien" et "n'acceptera pas d'une tierce partie qu'elle menace la sécurité des autres pays, de quelque manière que ce soit", a indiqué Ranil Wickremesinghe. Le Premier ministre sri-lankais a par ailleurs déclaré avoir plaidé auprès de Pékin pour la conversion en actions d'une partie de la dette sri-lankaise de 8 milliards de dollars envers la Chine. "Nous discutons avec des entreprises, et aussi avec le gouvernement chinois, de la possibilité de transformer certains projets d'infrastructures en partenariats public-privé dans lesquels, logiquement, une partie de la dette serait convertie en actions détenues par des entreprises chinoises", a-t-il déclaré, sans cependant avancer de montant.

AFP

Lundi 11 Avril 2016



Lu 223 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:05 Le multimodal et le GNL récompensés par BP2S

Jeudi 8 Décembre 2016 - 15:42 L'ENSM vote un budget de transition


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse