Port de Lyon : recul de la voie d’eau, très bonne tenue du ferroviaire


Si Julien Langendorf, directeur du port de Lyon, qualifie 2015 de "très bonne année dans le cadre du trafic global qui enregistre une hausse de 6 % par rapport à 2014", il doit cependant nuancer son enthousiasme puisque cette croissance cache une certaine disparité selon les modes de transport utilisés.


Au port de Lyon, le recul du fluvial s’explique par la baisse d’activité dans le secteur des produits métallurgiques © SCMF
Au port de Lyon, le recul du fluvial s’explique par la baisse d’activité dans le secteur des produits métallurgiques © SCMF
En 2015, le trafic global du port de Lyon a atteint 11,8 millions de tonnes, tous modes confondus (+ 6 %) mais la voie d’eau marque un fort recul de 11 % par rapport à 2014 avec 1,39 million de tonnes "seulement" et le trafic fluvio-maritime accuse quant à lui une baisse de 17 % à 52.000 tonnes.
Les points positifs concernent le ferroviaire qui ponctue une "année exceptionnelle" avec 708.000 tonnes traitées (+ 60 %), le mode routier avec 6,9 millions de tonnes (+ 6 %) et même l’oléoduc avec 2.800.000 tonnes (+ 6 %).
Le recul du fluvial s’explique par la baisse d’activité dans le secteur des produits métallurgiques couplé à une baisse des exportations de céréales par le fleuve au profit du rail. La coopérative agricole La Dauphinoise, par exemple, a opté pour un transfert du fleuve vers le fer. "Les trafics se déroulent toujours dans le port", se rassure Julien Langendorf mais avec d’autres options. Le recul du fluvio-maritime est aussi lié à la dégringolade du secteur de la métallurgie. Le BTP a maintenu ses trafics mais pas suffisamment pour gommer les contre-performances d’autres secteurs. En ce qui concerne les hydrocarbures, 90 % des approvisionnements se font par l’oléoduc (Lavera-port de Lyon-Feyzin) et 10 % par la voie d’eau.

Le fer reprend de la vigueur

Après des années où il fut "chahuté", le fer reprend de la vigueur avec la consolidation des flux en combiné rail-route en provenance de Bettembourg sur Lyon-Terminal avec comme opérateur CFL, société nationale des chemins de fer luxembourgeois, "un acteur majeur aujourd’hui sur le port avec Greenmodal du groupe CMA CGM", estime Julien Langendorf. Chaque mois, en moyenne, le port traite 140 wagons.
La bonne tenue du trafic routier est directement liée à celle du ferroviaire nécessitant des pré et post-acheminements constants. Le trafic route est notamment généré par le groupe Stef (+ 7 %) qui occupe depuis longtemps une belle surface de 3,8 hectares mais qui se poserait des questions quant à son avenir sur le port.

"Le trafic conteneurs progresse de 20 % par rapport à 2014"


Les conteneurs, chapitre capital du port de Lyon, port avancé de Marseille-Fos, ont atteint 91.400 EVP par la voie d’eau, 63.545 EVP par le fer (dont 10.000 semi-remorques) et 154.000 EVP, pour la route pour un total de 309.000 EVP, soit une progression de 20 % par rapport à 2014, combiné rail-route inclus. "On observe une légère pause du mode fluvial de 2 % tandis que le fer bondit de 57 %". Pour le chantier combiné rail-route, on note une multiplication par trois du nombre de semi-remorques transportées par fer. Le trafic combiné sur le port de Lyon est un trafic de semi-remorques préhensibles.
L’activité conteneurs et colis lourds traitée par Lyon-Terminal compte aujourd’hui pour 61 % du trafic fluvial du port contre 57 % en 2014.
Cette année, la CNR participe au financement d’une étude relative aux trois dépôts pétroliers. Quelle serait la pertinence technico-économique d’une relocalisation de ces dépôts au sud de la presqu’île de l’Archevêque dans le but de diminuer l’impact du Plan de prévention des risques technologiques sur les terrains du port ? La CNR travaille aussi sur la stratégie de redéploiement du port à l’horizon 2023 et post-2023 (reconduction de la concession). L’étude sur la logistique urbaine se poursuit (convention CNR/Grand Lyon/CCI), tout comme le projet de développement d’une station multi-carburants qui se trouverait en frange du port, une bande de terre de 1,5 hectare qui devrait faciliter l’intégration urbaine et paysagère du port dans la ville.
Sur le Terminal 2, on s’achemine vers la fin des travaux de réfection de cette plateforme et vers l’acquisition d’un portique fluvial pour sécuriser la manutention des conteneurs à l’horizon 2018.
L’accessibilité du port par le mode ferroviaire est depuis longtemps posée. Verrons-nous bientôt la création d’un accès ferroviaire direct par le nord, par la gare de Lyon-Guillotière, l’électrification de la voie de Montagny, unique voie reliant le port au réseau ferré national, l’électrification de 6 voies du faisceau ferroviaire du port et de 3 voies de garage ? L’étude sur la requalification des entrées routières est toujours en examen.
La création d’un appontement supplémentaire dans la darse des hydrocarbures, l’arrivée en janvier du premier bateau avitailleur "Eseve III" de la société AAS Carburant d’une capacité de 100 tonnes, l’inauguration du simulateur de conduite le 1er avril, l’avancée que beaucoup attendent du projet de déchetterie fluviale, la montée en puissance du projet HyWay piloté par le pôle de compétitivité Tennerdis avec la station de recharge d’hydrogène inaugurée en février… sont autant de faits concrets qui illustrent la volonté de la CNR de faire du port de Lyon un équipement économique et technique incontournable au service de la navigation, des énergies renouvelables et de l’économie régionale.

Annick Béroud

Mardi 8 Mars 2016



Lu 1228 fois



     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse