Port de la Guadeloupe : une politique de "hub régional"


Pour Laurent Martens, le directeur général de l'ex-Port autonome de Guadeloupe et aujourd'hui préfigurateur de l'établissement portuaire en attendant que la gouvernance du Grand Port maritime soit nommée, si le trafic conteneurisé a connu une forte croissance en 2012, c'est grâce à l'essor des flux en transbordement. À ses yeux, le port joue son rôle de hub régional grâce au doublement du nombre d'escales hebdomadaires des armateurs présents dans le secteur de la ligne régulière conteneurisée.


© GPM de Guadeloupe
© GPM de Guadeloupe
"Nous avions quatre escales hebdomadaires en 2011. Nous sommes devenus un hub régional puisque nous bénéficions depuis 2012 de sept touchées par semaine avec CMA CGM et une escale hebdomadaire avec Seatrade", souligne Laurent Martens, rappelant que si les armateurs ont joué le jeu c'est grâce à "la politique tarifaire attractive qui a été mise en œuvre" par l'établissement.
Le dirigeant portuaire explique que les volumes sont en provenance de l'Atlantique et de la Méditerranée et que trois feeders desservent le Brésil, les États-Unis et assurent la desserte de la zone intra-Caraïbes.
Le préfigurateur de Guadeloupe Port Caraïbes relève un certain équilibre entre l'import et l'export. Il précise toutefois que le Brésil, grâce à la croissance économique dont le pays bénéficie, constitue un gros potentiel de trafic. D'ailleurs, la mise en place d'un deuxième feeder sur le pays est en projet.

"Une coopération entre les trois ports de la région"


En matière de vracs, du côté des secs, M. Martens souligne que le redressement du trafic de ciment à l'import n'a pas suffi à compenser la baisse des flux d'agrégats destinés au secteur du BTP qui est victime de la crise. Quant aux liquides, il impute la baisse à la diminution des importations de produits raffinés en Guadeloupe.
Pour sa part, le secteur passager est notamment dopé par le secteur croisière qui a plus que doublé en un an. Le trafic de l'ex-Port autonome de la Guadeloupe est à la fois soutenu par le trafic de tête de ligne assuré par les grands noms mondiaux du secteur tels que MSC ou Costa mais aussi RCCL par l'activité "interporting", qui permet également à certains croisiéristes d'effectuer des liaisons courtes entre deux ports. Selon le dirigeant de l'établissement portuaire, un équilibre va se créer entre ces deux types de trafic.

Un nouveau hall croisière et un portique rénové

En matière d'investissements, selon Laurent Martens, les deux opérations les plus significatives qui ont été réalisées en 2012 concernent la croisière et l'outillage du côté du trafic conteneurisé.
Il rappelle la création d'un deuxième hall "croisière" qui sera prêt en 2014 consistant au réaménagement d'un hangar existant. Et la réparation d'un vieux portique post-panamax, qui était jusque-là à l'arrêt, fait également partie des grandes opérations qui ont marqué l'année 2012.
Le dirigeant portuaire souligne que la moitié des investissements sont réalisés en autofinancement tout en précisant que "le port est un grand consommateur de subventions européennes" au travers du Feder. Et d'ajouter : "Nous investissons 10 à 15 millions d'euros depuis cinq ans. Chaque année, nous améliorons notre trésorerie", insiste-t-il.
Enfin, interrogé sur le projet de Conseil interportuaire, qui va regrouper le GPM de la Guadeloupe, le GPM de la Martinique et celui de la Guyane, M. Martens met en garde : "Nous attendons le décret". Mais il se félicite d'avance : "Cet accord permettra d'établir une coopération entre les trois ports" de la région.

Vincent Calabrèse

Jeudi 24 Janvier 2013





Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers








Accès rapide
























 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse