Promofluvia sur la défensive


Dans un contexte de morosité du transport fluvial, les coûts de construction ont figuré en 2015 au menu des travaux de l'association Promofluvia. Cette question, tout comme celle des investissements, figurera également au calendrier 2016 pour préparer aux opportunités du redressement.


La métropole lyonnaise est au centre des préoccupations de Promofluvia © Port de Lyon
La métropole lyonnaise est au centre des préoccupations de Promofluvia © Port de Lyon
L’installation du simulateur de conduite a largement mobilisé des membres de Promofluvia qui accueille cet équipement important pour les formations professionnelles.
La commission Transport de l’association élabore actuellement un document qui compare les coûts de construction, de grosses réparations, d’entretien et de maintenance des infrastructures, pour chacun des modes. "Cela implique de trouver des sources d’informations fiables et de rassembler et interpréter les données, ce qui n’est pas simple, notamment pour l’approche des coûts externes", a reconnu Jean-François Gros, président de Promofluvia, lors de la dernière assemblée générale. En 2015, l’exploration a principalement porté sur les coûts de construction. Ce travail durera encore plusieurs mois.
Autre dossier, celui relatif à la maîtrise du foncier bord à voie d’eau, une condition sine qua non du développement du trafic fluvial. Promofluvia a élaboré une fiche de propositions reprise et complétée par Provoideau, qui a retenu l’attention du ministère du Développement Durable au point d'en reprendre plusieurs chapitres à son compte.

Promouvoir l'intermodalité

Le Plan de développement urbain de la métropole lyonnaise est en cours de révision. "C’est une belle occasion pour obtenir une meilleure prise en compte du mode fluvial dans l’organisation de la desserte de la métropole lyonnaise", relève Jean-François Gros, surtout avec l’appui de l’article L1214-2 du code des transports qui met l’accent sur les voies de pénétration autres que routières et prescrit aussi "la localisation des infrastructures à venir, dans une perspective multimodale". Promofluvia suggère donc qu’un "schéma de desserte fluviale" soit intégré au PDU Lyonnais. L'association est agréée en matière d’urbanisme sur le territoire de la métropole. Elle a aussi une activité de conseil auprès de communes, de syndicats d’aménagement. C’est le cas par exemple à Chalon-sur-Saône pour des problèmes d’appontements de bateaux de passagers, de tourisme fluvial à Gray, d’aménagement des gorges de la Loire. Des contacts sont prévus avec les présidents des régions Rhône-Alpes-Auvergne et Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Le projet touristique "Vivre le fleuve", qui consiste à immerger le visiteur dans l’univers du transport fluvial de marchandises, comporte deux volets, d’une part, le développement de "chambres d’hôtes" sur des péniches et, d’autre part, l’utilisation de conteneurs aménagés comme logements insolites. L’étude de faisabilité de 50.000 euros, cofinancée par l’État, la CNR et Promofluvia, est achevée et les résultats seront prochainement présentés.
La commission Réglementation, Sécurité et Navigation animée par Jacques-Édouard Mounier a aussi beaucoup collaboré avec CNR, VNF, EDF pour la mise en place du Système d’information fluvial – SIF –, sur l’application des nouveaux textes, les soutiens aux SDIS lors des exercices de sécurité, sur l’opportunité de nouvelles formations. Plusieurs actions vont être lancées dont trois installations pilotes sur trois bateaux afin de poursuivre les tests VHF, AIS, ECDIS, cartographie…
Lors du second semestre, une réunion "5 à 7" de Promofluvia portera sur le transport de marchandises par voie fluviale. L'association recueille les besoins et attentes des bateliers.
Au terme d’une matinée très dense de travail, Matthieu Blanc, directeur régional de CFT et vice-président de Promofluvia, a dressé un portrait assez morose du marché et des flux ; Cependant les occasions de redressement, de développement sont suffisamment nombreuses et porteuses pour que CFT lance de nouveaux investissements, notamment appuyés par le projet d’envergure Iter.

Annick Béroud

Jeudi 9 Juin 2016



Lu 302 fois



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 13:21 Canal Seine-Nord : ça se précise ! €

Mardi 29 Novembre 2016 - 13:39 Nouvelle agence CFNR sur le bassin de la Seine


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse