Public et privé investissent lourdement à Rouen


Richement dotés par un contrat de plan interrégional, le seul du genre en France, les ports de l’axe Seine regroupés au sein de Haropa n’attirent pas que les fonds publics. Le privé ne l’oublie pas non plus. C’est le cas pour Rouen qui bénéficie du programme le plus lourd avec l’approfondissement du chenal de la Seine mais aussi avec deux projets industriels majeurs.


© Éric Houri
© Éric Houri
"Le long de l’axe Seine, plus de 800 millions d’euros ont été et vont être injectés dans les trois prochaines années, dont près de la moitié par des investisseurs privés", résume Antoine Berbain, directeur général délégué de Haropa-Ports de Paris Seine Normandie. Du côté des infrastructures sous tutelle de l’État, le Grand Port maritime de Rouen (GPMR) n’est pas le moins bien servi par la manne publique. Le programme d’approfondissement du chenal de la Seine initié en 2012 sera achevé en 2018 au terme d’un investissement de l’ordre de 180 millions d’euros.
"L’amélioration des accès maritimes a pour objectif de répondre à la modernisation de la flotte mondiale en permettant de recevoir des navires plus grands et surtout plus chargés, et ainsi de conforter le positionnement stratégique de Rouen sur les vracs solides et liquides", rappelle Nicolas Occis, directeur du GPMR.
D’ores et déjà, un mètre de tirant d’eau a été gagné entre l’estuaire du fleuve et les terminaux de Radicatel et Port-Jérôme, dont la plateforme pétrochimique d’Exxon Mobil. "Pour les navires, le gain de temps est de l’ordre de deux à trois heures. Le but est d’accueillir des vraquiers handymax à pleine charge, soit de 50.000 tonnes contre 35.000 tonnes actuellement", précise Nicolas Occis.

"Conforter le positionnement stratégique de Rouen sur les vracs solides et liquides"


Déjà, l’évolution de taille des navires est ressentie à Rouen. En 2015, le GPMR a reçu 81 panamax de 65.000 tonnes sur les 387 céréaliers ayant chargé du grain. Et leur chargement moyen est passé de 17.600 à 20.600 tonnes en un an. Dans le même ordre d’idée, la mise en service de la zone d’évitage d’Hautot-sur-Seine, inaugurée en février par l’accueil du "Fernandina", un capesize de 289 x 45 mètres, permet aux vraquiers de gagner une heure et demie par rapport à l’ancienne zone d’évitage de Croisset-Quevilly, située plus en amont.
Du côté du privé, Rouen a enregistré deux bonnes nouvelles ces derniers mois. En juin, le groupe Beuzelin a inauguré Maison Bleue sur le terminal QPC (quai de Petit-Couronne). Ce silo de nouvelle génération présente une capacité de stockage de 50.000 tonnes et est opérationnel depuis mi-juillet. Avec ses 30 cellules et sa chaîne de pré-process, il offre la possibilité de traiter tous grains avant expédition et représente une alternative complémentaire au dispositif "grands gabarits" habituel à Rouen. L’objectif est de dépasser les 500.000 tonnes de trafic annuel. L’investissement s’est monté à 25 millions d’euros.
Toujours dans la filière agricole, côté engrais cette fois, le groupe belge Tessenderlo vient de poser la première pierre d’une usine de production d’un engrais liquide souffré à Grand-Quevilly. Il n’aura pas à chercher bien loin pour certaines matières premières dont l’ammoniac, l’usine, qui sera opérationnelle fin 2017, se trouvant sur le site Boréalis, groupe international avec lequel des accords ont été passés. Question montant de l’investissement et trafics maritimes générés, les investisseurs belges se montrent toutefois d’une discrétion de violette.

Vincent Rogé

Jeudi 22 Septembre 2016



Lu 11 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 28 Septembre 2016 - 16:22 Haropa : l’axe Seine en travaux


     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse