Quatre offres de reprise pour Mory Ducros


Les représentants du personnel du transporteur de colis Mory Ducros ont été informés jeudi 9 janvier en comité d'entreprise du détail des offres de reprise du groupe en redressement judiciaire, l'actionnaire principal proposant de sauvegarder 1.900 emplois sur 5.000.


"Plus de 5.000 salariés à la lourde" © Mory Ducros
"Plus de 5.000 salariés à la lourde" © Mory Ducros
Arcole Industries, le principal actionnaire de Mory Ducros, offre de reprendre 1.900 salariés, "dont 1.754 pour l'entreprise et le reste pour ses filiales", a indiqué un porte-parole du groupe Mory Ducros. À l'issue du CE, les syndicats ont détaillé les trois autres offres. L'une émane d'un groupe d'avocats voulant reprendre des agences dans le Nord de la France. Une deuxième a été formulée par les transports Malherbe, un groupe normand intéressé par une trentaine d'agences. Elles concernent au total 400 à 500 salariés. La troisième porte uniquement sur la reprise de matériel. Aucune n'évoque les 2.000 emplois de sous-traitance dépendant de Mory Ducros.
"1.754 emplois sauvés, on se moque de nous, c'est une quantité ridicule", a réagi Jean-Claude Hacquard (CGT). "Ça ne fait vraiment pas beaucoup", a renchéri Patrice Clos, secrétaire général de la Fédération FO/UNCP Transports. Avec les salariés des sous-traitants, "ça fait plus de 5.000 salariés à la lourde", calcule Patrice Clos. Il estime que les offres partielles reviennent à "un découpage de Mory Ducros" et que celle d'Arcole, "qui a conduit à la situation actuelle", est "encore moins acceptable" puisqu'il "ne reprendrait même pas un tiers des salariés". "Il faut qu'Arcole améliore son offre, qu'on sauve plus d'emplois", demande Fabian Tosolini, secrétaire national CFDT transports, premier syndicat dans l'entreprise.
Le nom des sites voués à disparaître parmi les 85 actuels sera connu le 15 janvier, a précisé FO. Selon le syndicat, le financement du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) par Arcole s'élève à 7,2 millions tandis que l'organisme de formation de la branche fournirait une aide exceptionnelle de 270.000 euros, soit "très peu". La CFDT a aussi évoqué la possibilité de "25 millions d'euros de l'État pour l'aide à la reprise" du groupe. Plusieurs syndicats ont indiqué qu'ils n'appelleraient pas les salariés à la mobilisation. "Mais nous les accompagnerons s'ils décident de s'exprimer", a ajouté Jean-Claude Hacquard (CGT).

Verdict le 31 janvier

Les offres de reprise font maintenant l'objet d'une période dite d'amélioration qui permet aux repreneurs de modifier au mieux leurs propositions. Puis, le 31 janvier, le tribunal de commerce rendra son verdict.

Dominique Simon et Clément Gassy

Vendredi 10 Janvier 2014



Lu 110 fois



Dans la même rubrique :
< >

     

Entreprises | Infrastructures | Institutions | Transport maritime | Transport aérien | Transport routier | Transport fluvial | Transport ferroviaire | Transport multimodal | Transport express - Messagerie | Logistique - Supply Chain | Énergie | Matières premières - Négoce | Industrie | Services | International | Développement durable | Faits divers







Accès rapide






















 

Qu'est-ce que L'Antenne ?

Le site internet de L'Antenne est la première plateforme B2B française de services et d’actualité consacrée au secteur du transport et de la logistique. Quotidiennement nous traitons de l’actualité du fret maritime, aérien, routier, fluvial, ferroviaire et multimodal ainsi que de la logistique, de l'industrie, de l'énergie et des matières premières. Nous apportons aux professionnels des outils et services qui facilitent leur travail et aident à la prise de décisions. Chaque année, nous éditons des guides de référence dans le secteur : "Le Fret aérien pratique" et "Le Fret maritime pratique" en plus de notre guide pratique des Incoterms©. L'Antenne est aussi organisateur de salons sur les thématiques du transport multimodal de fret, de l’export et de la logistique.

Mentions ours

Design réalisé par Caroline BALDINI.

Plan du site

Syndication

© SMECI
L'Antenne est édité par Smeci (32, av. André Roussin, BP 36, 13321 Marseille Cedex 16)
RCS Marseille 447 889 395. ISSN : 0395-8582
CPPAP : 0313T79480
Dépôt légal : 10/04/2006
Gérant : Jacques Riccobono
Rédacteur en chef : Vincent Calabrèse